Aux portes de la grange qui abrite son travail, Roger Benoit nous accueille, le regard angélique, le sourire enfantin, l’attitude adolescente. Son atelier-exposition porte le nom d’écorcé vif, cela ne va pas de soi. On connaît sa fontaine de Tence- primée – et ses sculptures de branchages, – matière brute entaillée, détournée, refaçonnée par l’homme – présentes au salon des artistes de Blavozy en mai dernier.
Cette fois, il s’agit d’une scénographie dit-il.

 

 

La grange est d’abord plongée dans la pénombre, puis une lumière nous guide vers un somptueux canapé de velours rouge adossé à des bottes de foin. Sur le côté, bien éclairée, un nid-cage protège les oeufs d’une créature géante. De nouveau, noir total, et la musique fuse. Instruments, choeurs, et sons nature prennent d’assaut l’espace. La lumière en éclairant une oeuvre, puis une autre, nous raconte une histoire. L’histoire de la vie, la vie d’avant l’homme, avec l’homme et de leurs interactions. C’est fabuleux. Le trio Roger Benoit , Jo Atkins pour les lumières, Clément Paulet pour le son et la musique originale nous embarquent dans un univers habité de symboles et de totems, dans un voyage au coeur d’ une matrice soumise aux pulsations conjuguées de la nature, de la création, de la musique et de la lumière. Certains sont sortis en pleurant parait-il…

Avec « sous l’écorce coule la sève », entre installation et spectacle, Roger Benoit a réussi son pari de donner vie à ses sculptures.

 

Joëlle ANDREYS

« Sous l’écorce coule la sève »

jusqu’à fin août les mardis jeudis et samedis à 18 heures
et sur réservation : 04 71 65 29 38
à Flaviac, l’itinéraire est fléché depuis Chenereille.

photos stéphanie Rossignaud