En automne, sous nos climats, le règne végétal se prépare pour l’hiver, et, dans un ultime spectacle, la nature nous régale d’un flamboyant camaïeu de jaunes, d’oranges, de rouges, de pourpres, pour notre plus grand plaisir.  Voici une sélection partielle et subjective de végétaux adaptés à la Haute-Loire et offrant un feuillage automnal exceptionnel. Le classement est par ordre croissant, du plus petit développement adulte aux plus grands.

 

Les arbres jusqu’à 40 cm

Deutzia crenata nikko

Sous ce nom un peu barbare, se cache un tout petit arbuste d’à peine 40 cm de haut, à la fleur blanche et printanière et au feuillage automnal du plus bel effet d’un rouge foncé virant au marron. Idéal en bac et petit massif, résistant bien en haute altitude, il accepte toute exposition et, pour mieux fleurir, une petite taille après floraison.

 

Les arbres de 1 à 2 mètres

Aronia

Les baies des aronias, rondes et noires, sont intéressantes au niveau nutritionnel : très riches en polyphénols et notamment en anthocyanes, en vitamines B, en vitamine C (3 fois plus que l’orange), en minéraux et en fibres. Les variantes d’une espèce s’appellent les cultivars ; chez l’aronia melanocarpa, il y en a deux intéressants : ‘viking’ et ‘nero’. Le plus petit, le viking’, culmine à 1m – 1, 50m. Sa fleur est blanche au printemps de mai à juin, son feuillage vert finement denté tourne aux nuances rouges orangées à l’automne. Le cultivar ‘viking’présente les baies les moins acides, le cultivar ‘nero’ les baies les plus douces. Pas d’exigence particulière : c’est un arbuste originaire des forets d’Amérique du nord qui s’adapte sans souci à la Haute Loire.

Itea florida ‘Little Henri’

Arbuste de moins d’1m50 à la feuille vernissée et à la floraison de mai odorante, blanche, en petits épis dressés. Sa coloration automnale le place en bonne position pour embellir vos massifs. Je conseille de le planter en dessous de 1000m.

                Plantes de terres de bruyères

L’azalée mollis

Seule azalée au feuillage caduc, elle offre un double intérêt : de trééééss belles fleurs jaunes ou oranges au printemps, avant l’apparition du feuillage puis, à l’automne, des feuilles colorées de nuances de rouge. L’azalée est une plante de montagne, aucun souci d’acclimatation pour cette belle Mollis.

Hamamelis virginiana

Appelé aussi noisetier de sorcière (sa feuille ressemble à celle du noisetier), c’est un arbuste au port évasé, aéré, très japonisant, poussant lentement. Il se caractérise par une floraison timide mais très jolie en hiver, en février. Suivant les cultivar, ses petites fleurs varient du jaune à l’orange. De plus le coloration automnale, très vive, est spectaculaire. A planter en dessous de 1000 m.

Erable du Japon

Beaucoup de ses variétés aux couleurs magnifiques ne tiennent pas à des altitudes elevées. Je fais volontairement l’impasse sur la vaste « famille » des érables du japon, qui mériterait un article à elle seule.

               Les fusains

Dans la liste des végétaux de moins de 2 mètres, notons deux espèces sauvages à fort intérêt ornemental en raison d’un feuillage automnal aux coloris chatoyants : les fusains. Plus connue sous le nom de fusain d’Europe, très présente dans nos sous-bois, cette variété offre des petits fruits appelés ‘bonnets d’évêque’ et de beaux coloris automnaux. Son cousin, le fusain ailé, possède des feuilles remarquables en forme de petites ailes disposées alternativement sur des branches liégeuses, avec un feuillage encore plus foncé à l’automne. Très intéressant dans les haies champêtres, il se plait en sous bois et terrains lourds.

Cotinus coggygria

Il est connu sous le nom vernaculaire d’ ’arbre à perruques’. Vous connaissez tous le cultivar ‘royal purple’, arbuste de plus de 2 mètres aux feuilles rouges pourpre toute l’année, on le voit souvent au bord des autoroutes. Mais vous ignorez sûrement qu’il en existe à feuillage vert qui vire à l’orange vif à l’automne, avec une floraison rose en juin, les fameuses ‘perruques’ : c’est le cultivar ‘young lady’, plus petit que ‘royal purple‘ il n’atteint qu’1,2 m.

Deux autres cultivars, plus hauts, sont intéressants pour leur feuillage automnal le ‘golden spirit’ au feuillage presque jaune toute l’année et rouge à l’automne, et le Cotinus dummerii ‘grace’ au feuillage bronze qui se fonce au pourpre à l’automne.

 

Les arbres de plus de 3 mètres

 Amélanchier du Canada

Ce végétal au port élégant vous enchantera. Il présente un bois très fin et décoratif, des fleurs printanières, des fruits vitaminés et se pare d’un feuillage rouge orangé. Ses baies font d’excellentes confitures et enchantent les oiseaux. Ses fleurs sont mellifères. Sa rusticité est dans son nom, l’amélanchier étant originaire des vastes étendues boisées d’Amérique du nord, il est de culture facile.

Les cornouillers ou cornus

Des arbustes de choix pour les zones plus fraiches. Cornus mas offre un beau feuillage dès la fin d’été, ses fleurs sont jaunes et apparaissent avant les feuilles. C’est une plante de nos sous-bois. La varieté originaire de Russie, cornouiller blanc ou Cornus alba, au bois rouge en hiver et à la fleur discrête a sa place dans nos haies champêtres sans le coté artificiel des cornouillers plus connus à feuillage panaché. Le Cornus kouza et le Cornus florida rubra (à planter en dessous de 800 m) possèdent de remarquables fleurs blanches ou roses suivant les cultivar et sont aussi des stars de l’automne.

Sumac de Virginie ou vinaigrier

Il est connu pour ses drageons très envahissants. Néammoins c’est un arbuste très interessant, surtout par son feuillage et ses fruits en forme de cones au bout des branches. A planter au milieu d’une pelouse afin de tondre les rejets nombreux et coriaces.

Les fruitiers

En plus de leurs fruits, poiriers et cerisiers offrent de très beaux camaieux de couleurs chaudes quelques soient leurs varietés. Mais les arbres à gourmandises ont aussi donné naissance à des dérivés à but ornementaux. Tout d’abord le poirier à fleurs ou pyrus calleryana ‘chanticleer’, au port effilé, à l’abondante floraison et au feuillage virant pourpre à l’automne. Il ne fait pas ou très peu de fruits, est rustique et supporte les gelées.

Pour ce qui est du cerisier d’ornement, tous les cultivar proposent, en plus d’une magnifique floraison, des feuillage automnaux virant au feu. Que ce soit le port étroit du cerisier ‘amanogawa’ ou le cerisier pleureur en passant par le cerisier à fleurs double ‘kanzan’, tous sont d’une esthétique avantageuse mais ne produisent pas de fruits.

L’érable, le classique des classiques

Signalons l’érable champêtre (Acer campestris) et l’érable de Manchourie ou Erable du fleuve Amour (Acer ginnala). Tous deux sont à petites feuilles lobées, dentées pour le ginnala, avec une écorce liégeuse pour le champêtre. Leur feuillage automnal est orange soutenu pour le champêtre à très rouge voir pourpre pour l’érable de Manchourie. Leur rusticité n’est plus à démontrer.

Dans les plus grands développements, je choisis l’érable Acer fremanii ‘autumn blaze’. Son port est plutôt modeste pour un érable, adapté pour une terrain inferieur à 500m2. Sa croissance, même en altitude, est rapide et il supporte pollution et taille sévère. Son feuillage rouge étincelant en fait le champion de l’automne, même parmi ses congénères, et ils sont nombreux à offrir des couleurs chatoyantes : érable saccharinum, érable plane, érable à sucre, érable sycomore, érable rubrum, etc. La liste des érables à feuillage automnal remarquable mériterait un livre.

 

Les grands arbres

N’oublions pas, dans notre sélection, un arbre à la feuille proche de celle de l’érable et à l’écorce tres liégeuse, le célèbre liquidambar qui passe du jaune doré au rouge vif et se colore de pourpre violacé en sol acide. Il arbore un port étroit et érigé avec des branches dès la base du tronc. Adapté à de petits jardins.

 Le hêtre offre une belle couleur à l’approche de l’hiver, mais connaissez vous Parrotia persica ? Proche de l’aspect du fayard, il s’en distingue par son feuillage d’une très grande beauté. A l’automne, il passe du vert au jaune, puis à l’orangé pour finir rouge vif. A utiliser dans de grands espaces. Originaire d’Iran, sa rusticité est grande.

Il en est de même pour les chênes comme pour les érables, ils sont trop nombreux pour tous les citer… Je n’évoquerai que le chêne rouge d’Amérique (quercus rubra) à très larges feuilles palmées, rouge vif à l’automne et presque tout l’hiver. Grand arbre à croissance rapide, supportant les grands froids, il égaiera les terrains de larges dimensions. Pour sol très humide, le chêne des marais sera plus adéquat.

Originaire d’Europe de l’est, le très beau frêne augustifolia ’raywood’ est un arbre de grande taille préfèrant les endroits frais et humides ; il offre des très fines feuilles composées et une coloration exceptionnelle en automne. Il pousse très vite.

Toujours dans les grands arbres, le singulier tulipier de virginie à la feuille en forme de tulipe, au port en as de pic et au jaune d’or automnal étincelant. Un sujet magnifique pour les grands espaces.

Les tilleuls, toutes les espèces, offrent un beau jaune clair à soutenu, il serait maladroit de na pas les citer.

Les sorbiers ne sont pas dénués d’intérêt, dès le mois d’octobre ils se colorent en jaune. Impossible d’oublier le charme qui n’en manque pas et garde ses feuilles sèches tout l’hiver :ce caractère, partagé avec le hêtre et les chênes, est qualifié de marcescent.

Il serait impardonnable de ne pas évoquer les plantes grimpantes, la vigne vierge est un des plus bels exemples de la coloration automnale. Tout le monde connait le cultivar à larges feuilles qui devient écarlate en automne mais peu connaissent la très jolie vigne vierge quinquefolia, aux feuilles finement ciselées de 5 folioles. Une particularité qui allège la silhouette de cette remarquable grimpante.

Ne négligeons pas les conifères caduques comme le mélèze et le moins connu mais remarquable cyprès chauve aux beaux coloris cuivrés avant de perdre ses aiguilles, arbre des marais d’Amérique, très rare en Europe. A planter en milieu humide.

Le mot de la fin sera pour le seul representant de son genre, l’arbre fossile, l’unique survivant de la bombe atomique : le Gingko biloba. C’est un feuillu, sa feuille à une forme très particulière, une sorte d’éventail à un ou deux lobes. Il est dioïque, c’est-à-dire que chaque arbre est soit mâle soit femelle, les arbres femelles portent des fruits nauséabonds. La coloration automnale de cette plante venue de la préhistoire est magnifique, jaune doré étincelant. Elle ne connait aucun souci d’adaptation à notre climat.

 

Voilà, c’est une courte liste qui se veut originale, instructive mais surtout non exhaustive. Mon but était de vous faire connaitre des plantes rustiques qui embellissent notre arrière saison. Pensez à choisir un végétal en l’imaginant avec sa taille adulte et plantez bien espacé, votre jardin n’en sera que plus beau.

Tulipier

Aronia

Vigne vierge

Liquidambar

Cornus alba

Amelanchier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roland Fournel, Pépiniériste à Malrevers, jardin-du-bel-arbre.fr – 04 71 04 05 26