Vous le saviez sans doute déjà : lorsqu’il n’est ni sauvage ni élevé pour être mangé, le lapin fait partie des animaux « de compagnie », au même titre que le chien ou le chat. Ce qui parait moins évident, c’est qu’il peut tout à fait vivre sans cage dans un appartement ou dans une maison. Il suffit pour cela de respecter certaines règles, à la fois pour votre bien-être et celui de l’animal. Un lapin dont les besoins sont comblés sera propre, ne fera pas de bêtises et pourra vivre jusqu’à 10 ou 15 ans. Cela vous semble impossible ? Rien de plus normal : cet animal à longues oreilles fait l’objet de nombreuses idées reçues auxquelles il est grand temps de mettre un terme.

Idée reçue n°1 : « Les lapins sont des rongeurs »

Contrairement à ce que beaucoup croient, il ne s’agit pas de rongeurs, mais de lagomorphes, tout comme les lièvres et les pikas. Tandis que les rongeurs ne disposent que d’une seule paire d’incisives, les lapins en sont dotés de deux. Et alors que les premiers sont omnivores, les seconds sont strictement végétariens. Toutefois, les lapins ont également besoin d’user leurs dents. Pour cela, une alimentation riche en fibres et en silice fera l’affaire, notamment avec un foin de qualité. Rien ne sert de leur donner un bout de bois ou un morceau de sel, qui par ailleurs, s’avère particulièrement néfaste pour leur santé. 

Idée reçue n°2 : « Les lapins mangent les fils électriques »

Quel propriétaire de lapin n’a pas en effet pesté en découvrant son câble d’ordinateur coupé en deux, alors qu’il pensait faire plaisir à son petit captif en lui offrant quelques heures de liberté ? Et bien figurez-vous que plus l’animal bénéficiera de liberté, moins il aura tendance à ronger quoi que ce soit. Le lapin détruit et grignote souvent pour exprimer sa frustration ou simplement pour se dégager le passage. Il est donc rare qu’un lapin sans cage s’attaque aux fils électriques. Mais par mesure de sécurité pour lui, et afin d’éviter les frais inutiles, il vaut tout de même mieux prévenir que guérir. Il existe dans les magasins de bricolage des gaines peu onéreuses qui protègeront les câbles d’une éventuelle morsure.

Idée reçue n°3 : « Les lapins sont sales »

Dans la nature, les lapins sont ultra-propres. Il n’y a donc aucune raison qu’ils ne se comportent pas de la même manière à la maison. Les lapins de Garenne font leurs besoins en « latrines » (en tas), non loin de leur terrier. En intérieur, il est question de reproduire cet espace dédié avec un bac à litière, et de l’encourager à s’y rendre. Généralement, et surtout après stérilisation, le lapin comprend très vite qu’il s’agit de ses toilettes.

Lapins liberté 3

Idée reçue n°4 : « Les lapins mangent du pain »

Cette fausse idée est à l’origine de nombreux graves soucis de santé. Le système digestif des lapins, déjà fragile, ne supporte absolument pas les céréales, qui sont à proscrire en toutes circonstances.

Idée reçue n°5 : « Les lapins ne ressentent rien »

Il suffit de regarder une vidéo sur la « récolte » du poil angora pour être convaincu du contraire. Non seulement les lapins ressentent la douleur, comme tous les animaux, mais ils sont également sensibles sur le plan moral. Un lapin en captivité va inévitablement développer des problèmes comportementaux pouvant entraîner une mort prématurée. Il ne faut pas oublier que dans la nature, les lapins vivent à plusieurs. Pour ne pas qu’il s’ennuie, il est donc préférable d’offrir à votre animal un congénère.

Lapins liberté 4

Idée reçue n°6 : « Les lapins ne sont pas intelligents »

En prenant le temps d’observer des lapins au quotidien, vous serez surpris par leur intelligence et leurs facultés mentales. Toutefois, chacun a son caractère, et certains sont bien trempés ! Les lapins peuvent se montrer joueurs, susceptibles, jaloux, câlins et même blagueurs ! Avec de l’entrainement, les lapins reconnaissent leur nom, soulèvent des gobelets pour trouver des friandises et peuvent même lancer des jouets.

Idée reçue n°7 : « Les lapins sont des cadeaux pour les enfants »

Si un lapin peut nouer une chouette relation avec un enfant, il n’est pas question de le considérer comme un « cadeau ». Cet animal est avant tout une proie et doit donc bénéficier d’un environnement calme et peu bruyant. Le territoire, dont les enfants n’ont naturellement pas conscience, est un élément très important pour le lapin qui, s’il se sent envahi ou menacé, peut devenir agressif, sale ou anxieux. Quant au budget et aux soins, ils ne sont pas à prendre à la légère. S’il sort dans le jardin, le lapin doit être vacciné. Son transit fragile peut faire l’objet de visites chez le vétérinaire. Il faut ensuite rajouter le prix de la litière et de l’alimentation. Enfin, adopter un lapin, c’est s’engager à lui consacrer du temps et de l’attention jusqu’à la fin.

Mon expérience « lapinesque »

J’ai toujours aimé les lapins et j’en ai acheté plusieurs. A force de les côtoyer, et après différents épisodes tragiques, j’ai radicalement changé ma façon de voir cet animal. Aujourd’hui, j’opte pour le sauvetage et je boycotte les animaleries. Quant aux cages, je m’en suis débarrassée définitivement. Mon lapin Géant des Flandres, baptisé Bernifloute, et ma lapine Moon, rescapée d’un laboratoire via l’association White Rabbit, vivent en liberté totale et s’entendent bien avec ma chienne. J’ai abandonné les granulés, qui ne répondent pas vraiment aux besoins alimentaires des lapins. A la place, le couple dispose de foin à volonté et de deux rations de légumes frais et biologiques par jour. Leur litière est composée de granulés de bois de chauffage, une solution à la fois naturelle et économique. Depuis que j’ai renoncé à la captivité et à l’alimentation industrielle, c’est magique : mes lapins sont sereins et arborent une santé de fer ! Il est loin le temps des soins onéreux, des problèmes comportementaux et des bêtises quotidiennes… Alors fort de ce que j’ai appris de ces êtres sensibles et sociaux, désormais, quand je passe devant un clapier, ça me fend le cœur.

Lapins liberté 6

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur le site www.ladureviedulapinurbain.com qui recense absolument toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le lapin en liberté.

Le livre Comprendre et éduquer son lapin, écrit par Gwenaëlle Bernard, est également très riche en conseils pratiques. Autoédité, et donc difficilement trouvable en librairie, cet ouvrage s’achète néanmoins facilement sur le web.