fabrice andré

Fabrice André, génial inventeur/bidouilleur de moteurs, idéaliste passionné, libre penseur et fort en gueule, était l’invité d’Accent pour une conférence sur l’autonomie énergétique. Retour sur des propos qui bousculent les idées reçues. 

« Pourquoi acheter de l’énergie à un fournisseur alors que la nature nous l’offre en abondance, en libre service, et sans facture à payer à la fin du mois ? 

Voilà une des phrases pour le moins déstabilisante qu’assène Fabrice André à longueur de propos. L’homme a le sens de la formule : « l’éolien offshore n’a pour unique intérêt que de nourrir le réseau du collectivisme décadent ; le photovoltaïque de masse en réinjection réseau c’est du sous développement durable qui nourrit des placements financiers, installés en plein champ c’est une escroquerie intellectuelle (nous avons suffisamment de toitures et de zones industrielles avant de coloniser les espaces naturels sensibles) ; seule l’autoconsommation permettra une transition énergétique utile et efficiente ; le nucléaire civil perdure à cause de la complicité incestueuse avec la défense nationale (la dépense militaire est la plus importante de l’état, les gouvernements sont psychotiques, on nous impose une cure d’austérité en poursuivant le gaspillage de l’argent public dans le programme de dissuasion nucléaire, la seule dépense qui échappe aux économies nationales) ; les fournisseurs d’une soi-disant énergie verte font trop souvent du marketing écologique (pourquoi continuent-ils à nourrir un réseau ?) ;  les motoristes sont asservis par les pétroliers (la preuve c’est qu’on peut rouler 4900 km avec 1 l de carburant, référence au concours BP Shell) ; les politiques poussent à la consommation pour entretenir un système faillitaire dans lequel nous sommes réduit à l’état de bétail que l’on emmène à l’abattoir en nous demandant de financer le gasoil et le chauffeur du camion etc… » Fatiguant le bonhomme. On le mettrait volontiers dans la case « anarchiste excité irrationnel », mais c’est sans compter ses arguments et son expérimentation, preuves à l’appui.

 

PREUVES à L’APPUI 

En 2003, il reconstruit le refuge de Sarenne, face à la Meije, avec de simples rondins traités à l’huile de lin et à la cire d’abeille. A 2000 mètres d’altitude, il réussit à garder une température intérieure de 20° toute l’année même quand il fait moins 35° dehors, et, tenez vous bien, il chauffe même son potager par un plancher chauffant . Tout ça avec de l’énergie «libre» c’est à dire produite sur place, d’une façon autonome, sans lien avec un producteur/vendeur d’électricité.

« Je ne crois pas à la raréfaction de l’énergie, il faut arrêter de stresser. La rareté est créée artificiellement pour justifier le prix, alors qu’on peut produire de l’énergie et répondre à nos besoins en direct en évitant les déperditions du réseau, car l’énergie la plus facile à produire est celle que l’on évitera de gaspiller. »

En 20 ans de veille technologique – c’était son travail – il a vu passer moultes géniales inventions … qui ne sont jamais sorties sur le marché. Fort de ces connaissances, curieux, inventif, il cherche (internet est une mine d’or) et met en application . « J’expérimente en permanence de nouveaux systèmes. Les solutions pour produire son énergie existent, on l’utilise chaque jour, pour peu que l’on veuille bien sortir de la pensée unique de consommateur esclave du système  » D’accord, msieur, arrêtez de nous agresser, dites nous plutôt comment vous faites pour être autonome énergiquement ? On imagine qu’il va nous parler d’une solution révolutionnaire et bien, non. Accrochez vous, ce n’est pas d’une mais de six solutions qu’il s’agit, et la liste n’est pas exhaustive.

Les solutions d’énergie libre expérimentées au refuge de Sarenne :
– Thermo-batteries : stockage de l’excédent de chaleur estivale (fournie par des panneaux solaires thermiques) dans une solution aqueuse à base d’acétate de magnésium ou de sodium
–  Chaudière à gazéification à partir de déchets ménagers : 1m3 de déchets = 420 litres de pétrole
–  Chaudière à hydrogène à partir de la fusion froide : c’est revaloriser l’hydrogène contenue dans l’eau pour faire du feu avec de l’eau.
– Multiplicateur hydraulique de puissance à cogénération
– Générateur d’électricité libre : alternateur dont le stator est monté avec une bobine sur deux en moteur et l’autre en alternateur
–  Production d’eau chaude sanitaire à partir d’une électrolyse : une solution aqueuse dans laquelle on envoie une anode et une cathode avec un courant qui, en traversant la solution, brûle la molécule d’hydrogène.

« Apprenez à consommer mieux pour être plus efficace et répondre à vos besoins »

Fabrice André est aussi un homme généreux. Dans l’esprit du  « libre », c’est à dire de l’open-source, de l’intelligence collective partagée, il souhaite transmettre un savoir-faire que chacun pourra s’approprier pour devenir acteur responsable d’une économie à taille humaine. » Tous les procédés sont en ligne il suffit de se donner la peine de chercher… » Des dates de stages sont proposées : on vient avec le matériel prescrit, on travaille un week-end à la réalisation de l’outil productif, et on repart avec sa propre chaudière, que l’on saura dupliquer et aussi entretenir. Certes, il faut être confirmé en électricité et savoir souder pour fabriquer son bobinage, mais le principe est simple affirme t-il, presque à la portée de tous. Un stage est en prévision à Saint Front en septembre… Qui viendra se construire sa chaudière ?

Le refuge de Fabrice André Le Trésor des montagnes    Col de Sarenne – 38750 L’Alpe d’Huez Téléphone: 06 51 11 07 41 www.refuge7.com 777helios@gmail.com

http://www.youtube.com/user/777bergerac