c'est ça des pneus verts ?  vu à Fix St Geney - Joël

14 mai : C’est ça des pneus verts !!!? vus dans la nature de Fix st Geney – Joël

14 mai : Je prends beaucoup de plaisir à lire les numéros de Strada, et au nom du lien qui s’est tissé avec vous au fil des saisons, j’ai envie de réagir à l’encadré (« Strad’avis ») de la page 21 de votre dernier numéro (printemps 2010) que je découvre seulement maintenant.
Vous venez apporter un éclairage à un témoignage de maman « maternante », en évoquant les « dérives naturalistes » de l’emploi du terme de « maternage » et le risque « d’enfermement des femmes dans un rôle de mère » en période de crise économique, en vous appuyant sur la référence du dernier livre d’Elizabeth Badinter.
Il y aurait beaucoup à dire, mais je voulais commencer par exprimer à votre intention que je trouve très contestable la façon dont madame Badinter se positionne comme philosophe en capacité de penser le monde, quand on sait qu’elle est engagée comme actionnaire de référence et présidente du conseil de surveillance dans le groupe Publicis, dont elle possède 10, 16 % (source Wikipédia), ce qui rend son opinion sur les couches lavables et les petits pots caduque à mon sens!… et qu’elle préfère rallier ses lecteurs à des postulats généraux comme « l’instinct maternel n’existe pas » en surinvestissant l’espace médiatique, plutôt que de nous livrer plus humblement SON expérience de la maternité…
Je participe régulièrement à des listes de discussion et des forums autour des thèmes du parentage – terme que je préfère à celui de maternage, même s’il n’est pas encore inscrit au dictionnaire – au sein de la liste des Parents Conscients animée par cette même Catherine Dumonteil-Kremer citée dans la page que vous consacrez au maternage, ou encore de l’association de l’Arbre à Bébé qui invite par ailleurs à une réflexion sur la décroissance et la simplicité volontaire. Nous réfléchissons ensemble, entre mamans et papas, à ce que nous voulons projeter sur le monde, en sortant, via l’accompagnement respectueux de nos enfants, de la relation de domination qui sous-tend l’éducation traditionnelle (à ce titre, vous savez peut-être que le 30 avril était la journée de la non-violence éducative à l’initiative d’Olivier Maurel connu pour ses positions contre la fessée, dans la lignée des travaux d’Alice Miller), pour aller vers une coopération entre parents et enfants. Voilà peut-être la vraie raison pour laquelle, nous autres parents ne souhaitons pas à tout prix travailler, en commençant par changer l’ordre des priorités relativement à celles de nos parents !
Quant aux dérives naturalistes auxquelles vous faites allusion, je n’y crois pas tellement. Je crois plutôt que nous autres, parents d’aujourd’hui dont les situations professionnelles ne correspondent plus à l’image qu’on pouvait avoir du travail il y a quarante ans, sommes pleinement au travail quant à la prise de conscience des limites que nous renvoie non seulement notre environnement, mais encore notre fréquentation de toutes ces cultures qui nous ont renvoyé la face obscure de la croissance économique, que nous avons rencontrées à l’école, en voyage, à la télévision, sur le net… ou en nous-mêmes.
J’ai trente-sept ans, une belle-fille de huit ans, et une fille de deux ans et demi. J’ai grandi dans un monde qui manifestait des signes de fatigue et d’usure dont mes parents ne voulaient/pouvaient pas prendre acte. J’ai progressivement intégré le principe de réalité non par une pratique de la frustration aveugle dont l’éducation que j’ai reçue était pétrie…, mais par la mise à l’écoute du monde via moi-même, par la prise de conscience écologique via mes propres limites corporelles, par le respect d’autrui via le respect de moi-même. C’est toute une conquête de l’intériorité que je sens dans ma vie et celles qui m’entourent, qui n’est pas quantifiable sur le plan économique, mais qui ensemence le monde de demain.
Il me semble ainsi appartenir à une génération de transition, qui est en train d’apprendre à vivre et travailler en accord avec ses émotions, contrairement à nos aînés qui ont certainement travaillé sur un autre aspect de leur humanité, mais vécu, généralement, dans le déni de leurs ressentis, partant de ceux de leurs enfants. Voilà pour mon témoignage non pas de mère ou de femme mais bel et bien d’être humain ! Hélène Millardet-Marchoud, Brioude

2 courrier Cette année les perce neige furent insolites. Marie

8 mai : Cette année, les perce-neige sont insolites. Marie-Laure

21 avril : J‘ai appris quelque chose qui m’a choquée et dont je vous en fait part. Dans un restaurant de burger en Haute-Loire, le sexisme est encore de mise : les femmes sont au ménage, à la caisse ou à la fabrication des salades, alors que les hommes sont à la fabrication des hamburgers ! Serait-ce une réminiscence de comportements archaïques : les femmes s’occupant du foyer, les hommes de la chasse ? En tout cas il est clair que cette pratique permet aux hommes de travailler dans des horaires définis (la cuisson des hamburgers a lieu pendant les heures de repas) alors que les femmes sont corvéables de 8 heures à 24 heures. Juliette- Le Puy

26 mars :  Nous aussi nous zigzaguons dans tous nos projets. Nous en oublions l’ordre des priorités. Cela nous fait peur parfois mais en meme temps c’est tellement excitant d’avoir une vie aussi bien remplie. Se dire mon Dieu je ne perd pas mon temps et j’aurais fait un petit quelque chose pour cette belle terre et ses habitants à ma manière !!! Bravo et merci de mettre toute cette énergie au service des autres. Francoise

25 mars : Je le trouve formi…  formi…  formidable ! Monique

25 mars : E t tjs ce positivisme et cette force de persuasion qui crée le désir de lire ton magazine. Bravissimo (je rentre de Rome et suis « encore » sous influence italienne). . . Joëlle

25 mars Je vois que strada poursuit sa route, avec « du carburant dans son moteur » (!!!) : bio je présumes ?Au plaisir de découvrir ce nouveau numéro. Et grosse bise à sa conceptrice, peut-être encore blottie derrière une congère du Meygal, telle une marmotte ? qui sait : plus beau sera l’été. Gérard

24 mars : Ce nouveau numéro s’annonce chouette une fois encore. Je me ferai un plaisir de me le procurer. J’aime beaucoup votre phrase : » il m’arrive ainsi de capter avec bonheur des effluves de belles énergies qui me rappellent qui je suis et où je veux aller » elle me parle beaucoup… Je vous souhaite une bonne continuation. Daniel

23 mars : Je viens de vous écouter sur France Inter…je viens de regarder plus en profondeur Le contenu du strada 8… joli… Il y a décidément beaucoup de choses à découvrir en Auvergne… Savoir pour ceux du 63 ce qui se passe dans le 43 est très intéressant…même bouleversant… La loi du centième singe fait ses preuves! Evelyne

22mars :  Enfin ! avec le printemps ! Un journal dont on guette la sortie c’est plutot très bon signe, je pense… et en plus quand on y retrouve les copains ou les choses qui nous intéressent,  c’est SUPER . Mjo

16 mars :  Sûr, le printemps arrive à grand pas, Terrible fut l’hiver, Ras le bol de la neige et de ses frimas. A bien y réfléchir, quelques feuilles tombent encore, ce n’est pas l’automne, mais l’annonce de la sortie du nouveau Strada, D’avance, nous gazouillons d’impatience quand à son imminente lecture.A bientôt donc. Bertrand

21 janvier : Je me permets de vous faire une remarque ampélographique au sujet du CHATUS, cépage typique de l’Ardèche.Page 5 du numéro de décembre, vous notez en caractères gras,…le CHATUS, autrefois interdit…Non ce vitis vinifera, probablement d’origine romaine, mentionné par Olivier de Serres dans son livre Théâtre d’Agriculture, n’a jamais fait l’objet d’une quelconque interdiction. C’est un cépage noble qui a connu un temps de mépris immérité.La cave de Rosières (07) encourage depuis quelques années la résurrection de ce plan pour son vin à l’arôme de pruneau confit et pomme cuite. Cultivé en hautains, les sols pauvres de la région de Largentière, Rosières, Ribes et Vernon lui conviennent. Sa diffusion sur la proche Lozère, la Drôme et l’Isère n’a pas véritablement développé sa culture. Il se plaît dans son territoire d’origine. Trop rare, il est difficile de se procurer son vin haut en couleur, plaisant pour les montagnards, excellent pour accompagner les châtaignes.
Dans cette région, les cépages américains ont été interdits durant de longues années. D’où probablement la confusion. Le Chatus offre au moins la garantie « sans OGM ». Jean PESTRE

8 janvier : Grand merci de m’avoir répondu, j’ai ainsi mis le site en favoris, et surtout merci de nous avoir fait porter des brochures au Multiservices de St Etienne Lardeyrol. Nous avons fait un affichage pour attirer l’attention de nos clients sur cette nouvelle offre, et la possibilité pour eux de le rapporter après lecture, ce qu’ils commencent à faire. La prochaine étape sera peut-être de les inciter à vous proposer des articles s’ils pensent avoir des choses à vous apporter, et si vous le désirez.
Cette énergie de partage, ça c’est un bon début d’année !! Isabelle du Multiservices de St Etienne Lardeyrol

16 décembre : Bravo ! Bonne continuation !

14 décembre : Merci Joëlle pour votre témoignage d’une pensée constructive détonnant dans ce monde où le discours des oiseaux de malheurs occupe le haut du pavé des médias. Je dis souvent en tant que thérapeute à mes patients que nous allons vers ce que nous regardons. Le succès de votre démarche le prouve. En effet il semble bien que le monde fasse des prises de consciences nouvelles pour mieux discerner la dimension essentielle du partage dans une simplicité plus naturelle de la vie si l’on veut qu’elle continue ici bas, offrant une place pour chacun. Merci aussi pour vos voeux qui nous engagent enfin à croire en nos désirs et à avoir confiance dans les cadeaux de la vie. En effet, suite à votre édito, je m’engage à croire qu’il va m’arriver ce que je me souhaite ! Et je vous retourne cette bonne pensée ! Alain

14 décembre : HEP ! Je viens de lire le numéro de décembre de STRADA La vie d’ici. Alors, encore (je me demande si je ne l’ai pas déjà fait par le passé) quelques mots de soutien. Mes activités m’avaient montré que cela ne faisait jamais de mal.
Strada, plaisir du titre… Plaisir de sentir d’autres pas, plus agiles et déterminés, sur le même chemin. L’esprit HEP ( Humaniste, un brin Ecolo et toujours Positif ) : c’est bien de mettre un mot sur un syndrome complexe. J’avais appris que nommer c’était aussi apaiser. Comme les entités même définies par leurs propres concepteurs n’excluent pas les variantes ou mutations (en les espérant non dégénérescentes), je me nuancerai comme HEPS à cause d’un Scepticisme exacerbé par l’usage. Ce S me permet aussi de Sourire à ce que je considère dans vos pages comme des dérives prêtant le flanc à la caricature par les intolérants.
Continuez à assumer vos choix, comme discutables, et à échanger dans vos pages. Je les trouve parfois naïfs, insuffisamment fondés. Je les félicite d’être, me semble-t-il, honnêtement exprimés. Je suis heureux de voir mon scepticisme initial battu en brèche par votre pérennisation. Votre nécessaire soutien publicitaire n’a pas tourné, encore, à la compromission. Bravo. Je profite de ce message pour vous parler de la renaissance d’une animation plus que locale. Dans l’étymologie d’un terme trop banalisé les auteurs de Strada sauront retrouver l’âme « anima ». Depuis un an nous sommes quelques uns à souffler sur les cendres de « La Traversée Des Sucs » et avons ravivé une braise qui n’était peut-être plus qu’en nous. Bref, nous espérons refaire vibrer le pays des Sucs, entre Emblavez, Meygal, Mézenc et Gerbier au rythme des dérailleurs de VTT et réactiver l’empreinte au cœur des sportifs sans balafrer notre cher pays. Notre association s’est refondue: suivant nos principes, chacun vient comme il veut, apporte et prend ce qu’il veut, repart quand il veut. Vous y trouverez sans mal du HEP, intégré même dans nos statuts. Notre nouveau site web devrait éclore en janvier 2010 lors d’une amicale rencontre de presse. Nous espérons vous associer. Annie et Jean-Pierre

14 décembre : Pour faire suite à votre article sur les terrasses en bois, je vous envoie une photo de ma réalisation de mon dallage en bois « debout » qui a de multiples avantages : stockage du carbone, pas de réverbération en été, facile à faire soi même à partir de bois de chauffage par exemple, aspect agréable … JJ – qui termine la bio-construction de sa maison. 2 courrier JJ

14 décembre : Voilà un édito qui donne la pêche ! Vous vous êtes fait vacciner contre quoi pour arriver à ce resultat? (lol)
Plaisanteries mises à part, merci pour cette petite « dose » qui contraste tellement avec l’ambiance du moment.
Avec une légère avance, permettez moi 2 choses svp : de vous souhaiter ce qu’il y a de meilleurs pour vous, votre famille, vos proches, à l’occasion de ces fêtes de fin d’année, de souhaiter longue vie à Strada. Au plaisir de vous lire. Daniel

13 décembre : Bonjour la montagne ! je me dis plein de choses, je crois toujours au Père Noël, je suis un rêveur… alors souhaitez moi : des moments de bonheur…et des rêves en attendant…( )et vos rêves ? soyez plus précise ! Patrick

12 décembre : Tu as raison, au milieu de tout ce fatras déprimant, il est bon d’aller chercher la petite lueur d’amour et d’espoir qui tient bon au fond de nous. Merci à toi, et bonnes fêtes, Hélène

11 décembre : Merci pour votre message qui fait écho (…) Quant au vœu formulé en-dedans de soi, en Inde on le nomme Sankalpa – concentration qui s’intéresse à la force de la pensée et à son pouvoir de réalisation.Corinne

11 décembre : Quelle belle écriture, ça fait du bien de lire ces mots le matin de bonne heure ! Frédéric

10 décembre : Je découvre le numéro de décembre de strada: superbe la photo de une.
Rapport à l’écologie, vivement que tout le monde se mette à l’éolien et au
chauffage solaire: comme ça il me restera tout le mazout pour ma chaudière
et tout le pétrole pour mon 4X4!!! Signé: un vrai faut écologiste

10 décembre : Nous avons découvert votre magazine avec le numéro d’automne dans un commerce Yssingelais et sommes tombés sous le charme !!! Nous venons de lire le numéro de décembre et souhaitons vous encourager à continuer dans votre lancée. Nous tenons une auberge à fougères, pas très loin de votre siège et laissons le magazine à la disposition de nos clients; il est très apprécié ! (…) notre amour pour la nature et notre philosophie de la vie correspondant bien avec celle de Strada (…) Nous vous souhaitons encore beaucoup de succès. Anne et Christian, Auberge Aux Creux des Pierres, 04.71.59.06.81, www.auxcreuxdespierres.fr

7 octobre : Style vraiment très agréable à lire… au retour d’un périple dans les montagnes du haut Tonkin. C’est vrai, chaussons nos charentaises de sept lieux en cet automne chaleureux… Christian B.

30 septembre : J’ai pris votre revue à la mairie de Saint Paulien, revue tjrs aussi belle, aux couleurs de saison, et qu’on a envie de garder. une idée : pourquoi au centre de la revue, ne mettriez vous pas des pages détachables pour les sujets principaux, ainsi on pourrait faire des albums ; je fais cela avec la revue gratuite central parc qui sort dans ma région :il y a ainsi : sites à découvrir, recettes, fleurs, etc… YvetteB

27 septembre : Jolie introduction pour cette rentrée ! je tenais à le dire car il faut se bouger dans tous les sens du terme ! c’est une façon de bien vieillir car on vieillit à tout âge !!! partage , amitié , amour , communication, création ….ça ferait du bien à tout le monde ! Dany C.

30 aout : Je trouve STRADA plein de fraîcheur, de simplicité. J’irai même jusqu’à dire de naïveté dans sa conception. Pour moi c’est ce qui le rend différent et surtout plus attrayant.En consultant le site, j’ai vu que vous étiez à la recherche d’un conseiller commercial avec de plus, un bon niveau d’études et de l’expérience ! J’ai peur pour l’avenir !! C’est comme si vous mettiez le loup dans la bergerie.
Ce qui donne son caractère exceptionnel à votre revue, c’est je trouve l’absence de notion de profit systématique que recherche je pense, chaque bon commercial qui se doit, d’aujourd’hui.J’espère sincèrement que vous trouverez la « perle rare » pour optimiser au mieux la diffusion, la vente de votre magazine sans trop de répercussion sur le principe général qui en jaillit à l’heure actuelle dés les premières pages.Bonne réussite et surtout bonne continuation dans le « renouveau ». Dominique V

2 aoutLes thèmes traités dans votre revue sont très intéressants. et j’ajoute que je suis particulièrement sensible à la présentation ; qualité de l’illustration, mise en page. c’est inventif et de bon goût. Bravo ! Paule de Monistrol sur Loire.

25 juillet : C‘est une joie à chaque fois renouvelée que de découvrir votre publication. vous vous attachez à la découverte de ce qui nous est proche. Michel de Brives Charensac

12 juillet : Quand la Strada vous rend visite, la journée devient radieuse. Patrick de Monistrol sur Loire

10 juillet : Toujours une belle fraîcheur dans l’ écriture. Ca fait vraiment plaisir à lire. Vincent (95)

10 juillet : Les personnes de la Haute-Loire, et même de la Loire et du Rhône (qui ont des résidences secondaires ici) sont demandeuses de ce magazine. Il est vrai que cette publication est d’une grande qualité. Une très belle initiative qui a une belle dynamique et une belle ampleur : merci et félicitations.L’audace d’une telle initiative est belle et mérite d’être saluée. Pierre-Olivier de Rosières“Je ne vois qu’une seule façon de savoir jusqu’où l’on peut aller : c’est de se mettre en route et de marcher.” Bergson “Pourvu que la route soit longue”

8 juillet : Un beau numéro avec pleins de saveurs et de belles attentions, à l’image de sa rédactrice en chef. Georges – le Puy

8 juillet : Votre magazine est vraiment très intéressant, je le lis avec plaisir. médiathèque de Brioude

7 juillet : J‘ai bien recu votre mail « crypté » que je n’arrive pas à décoder lol !Ce n’est pas grave car j’ai eu entre les mains la mouture de strada pour l’été, il est toujours aussi joli. Au plaisir de vous lire D.G.

6 juillet : Des éditos comme celui ci, c’est du BONHEUR assuré Joëlle, Goudet

6 juillet : Merci pour ce bout de rayon de soleil… Même si on le sait, la tentation de redevenir râleur est souvent la plus forte… Régis Marcon (…) doit probablement tirer de la philosophie de Montesquieu, non? En tout cas il est également de bonne inspiration. Marie-Bénédicte Yssingeaux.

27 juin : J‘ai fini aujourd’hui STRADA. Toujours aussi varié et intéressant, bien illustré et instructif !!! Vraiment encore bravo..je suis admirative… Je trouve Marius et Mémette supers. Dominique (69)

29 avril : Papa m’avait envoyé un Strada, et ça les fait « capoter » ici tellement ils trouvent ça bien ! Strada, un modèle pour St-Charles ! Tu pourras dire à toute l’équipe que vous êtes admirés outre-atlantique! » Audrey, à Saint charles de Bellechasse, Québec, Canada

2 avril : Félicitations pour vos articles et votre édito en sommaire …. humour, sagesse, humanité,vitalité et poésie animent vos pensées printanières pour notre planète et notre territoire vellave !!! Plein de bonnes idées et de belles rencontres vous nous offrez à découvrir !!! Bravo et bon anniversaire pour ce premier printemps ! Sylvie D.

1er avril : MERCI ET BRAVO pour le dernier paragraphe sur le printemps… même avec l’âge. Je peux en parler car, avec la pratique et la philosophie du VITTOZ à l’origine de ma relation avec vous je peux affirmer que c’est VRAI;. Apprendre à VIVRE le moment PRESENT est UN PRESENT inestimable de la vie qui pétille d’une joie nouvelle ! Alain Soleilhac.

1er avril : Je voulais vous remercier de faire mettre à notre disposition Strada. Nous apprécions vivement son contenu qui réussit à faire consensus…. Félicitations. Danièle R

31 mars : Ce numéro de printemps je l’ai récupéré dès sa sortie, d’ailleurs je vais m’abonner ! bravo pour ce que tu fais, STRADA La vie d’ici c’est vraiment très sympa… j’aime entre autre les petits articles de Christine d’Agapi et….celui de B.B sur le parapente c’est tout simplement un moment d’émotions… il écrit vraiment bien…c’est comme un bon bouquin, une bonne nouvelle, il nous parle de la nature, de la vie…bravo ! Christine A.

26 mars : Bonjour à toute l’équipe de Strada, et bravo pour votre magazine. Ci-joint citation de Ghandi. Bonne continuation. Fanny à Craponne  » il y a assez de tout dans le monde pour contenter tout le monde mais pas assez pour assouvir son avidité. » Mahatma Gandhi

22 mars : Pour un Strad’amour : coeur d’Irène dans du sable de Jordanie

2 coeur d'irene


21 mars : Nous en avions revé, Joëlle l’a fait : un magazine qui part du réel, avec les pieds sur terre pour aller vers le haut avec la tête dans les étoiles. Merci encore à elle de nous ouvrir ses colonnes. Jacques Villevieille ERE 43 bureau d’études spécialisé en énergies renouvelables

16 février Originaire du Puy en Velay, j’exerce (…) à Burzet (07). Je trouve vos magazines présentés de façon orIginale et agréable à lire. Félicitations. Eliane

13 février Connaissant depuis peu votre revue, qui est de très bonne qualité, et qui correspond parfaitement à nos aspirations, nous vous demandons d’annoncer notre conférence du 3 d’avril avec Nicole FABRE , célèbre psychanalyste pour enfants, ainsi que l’atelier parent du 4 avril. Ces actions sont organisées par les structures Petite Enfance de l’Emblavez (Multi-accueil de Vorey, de Rosières et Relais assistantes Maternelles de l’Emblavez ), dans le cadre du soutien à la parentalité. plus d’infos dans Escapades, ici

12 février Félicitation pour votre magazine Strada-d’ici ! Tour à tour, ouvert, intelligent et soucieux de l’art de vivre !!! Bravo ! Artiste Peintre et Plasticienne, Sylvie Defour à Saint Jean de Nay. galerie virtuelle : http://derivenord.free.fr/sylviedefour.htm, voir l’article sur strada-dici.com dans escapad’art, ici

11 février Ma fille Anne à B. a emmené votre revue, tant elle la trouvait belle. Merci pour le plaisir que vous m’apportez en créant du beau. Yvette

27 janvier Recherche photos du Meygal : Nous habitons le Puy-en-Velay et sommes des lecteurs assidus de STRADA ! Superbe, sympa, tellement bien fait, bref que de compliments ai-je à vous faire ! Nous sommes nous mêmes très concernés par l’écobiologie et donc on vous félicite ! Nous sommes en train de refaire notre site internet et cherchons de belles photos du Meygal pour ses magnifiques randos dans les sapins ! En auriez vous à nous prêter ? www.chateaudedurianne.com

24 janvier Jai eu le plaisir de trouver les n° 2 et 3 de votre revue à la mairie de Saint Paulien (…)votre revue est belle, merci de la continuer et de si bien parler de notre Velay. (…) bonne année à vous. Yvette

5 janvier THIAN vous souhaite…
L’âme des dieux farouches et beaux , un vieil amour comme diadème
Des arches d’alliance, des cheveux qui dansent et le gout du blasphème
Des galaxies entières, fêtes de flammes et poussières
Le jour qui se lève avec la nuit
Le désir et le plaisir à jamais réunis…
Enfin une bonne année 2009, quoi !

30 decembre Ce n’est que le numéro 3qui est sorti et nous y sommes déjà habitués : accrocheur au regard par ses tons colorés, par son titre qu’on à tous en coin grâce à Fellini, ce magazine a trouvé naturellement sa place dans notre quotidien. Mais là ne s’arrête pas ses atouts : une édition de qualité qui donne envie de le conserver et cerise sur le gâteau, c’est un magazine gratuit. On lui en ferait presque le reproche tant la chose est inhabituelle.Voilà pour la forme ; le contenu aussi est intéressant, résumé dans le titre. Même si au travers des reportages on comprend rapidement les faveurs de la rédaction pour les choix écologiques, on ressent une volonté d’accorder une place à tous les points de vue, bref aux gens d’ici qui ont à vivre ensemble sur un même territoire, loin de tout « terrorisme écolo ». Pourquoi parler de cette revue dans le petit journal de Queyrières : parce que sa directrice de publication est Joëlle Andreys qui vit et travaille au village de Sénéol. Double bravo à STRADA pour sa réussite et pour sa défense de nos territoires ruraux ; la mention « Edition Haute-Loire » en couverture laisse imaginer une diffusion géographique future qui dépasserait notre département. Disons encore que STRADA – La vie d’ici peut être consulté aussi sur son site www.strada-dici.com et que début décembre, Joëlle Andreys a pu parler de son projet au micro de Philippe Bertrand pour son émission « Carnets de Campagne » sur France Inter. Article de Philippe Piron paru dans « Le Petit Journal de Queyrières »

19 décembre Revue de Haute Qualité et pas seulement Environnementale , je vous souhaite naturellement bonne continuation , et ainsi à ouvrir les esprits , et les appétits de cultures ………SANS OG.M. BIEN SÛR !!!! J.P.G.

13 décembre Bravo, c’est toujours intéressant! Bonnes fêtes de Noël à vous tous! Sylvie B

9 décembre Je viens de parcourir le magazine, je suis scotchée !! C’est bien fait, beau et intelligent… Chapeau ! Myriam B

3 decembre C‘est du travail bien fait et intéressant, non seulement pour les lecteurs du « cru » mais pour tout un chacun. Des rubriques variées bien présentées et des infos que l’on ignore quelquefois. Suzanne M.

10 octobre Un magazine auvergnat gratuit… incroyable ! (…) Le ton est unique, il nous fait découvrir ou redécouvrir notre belle région de Haute-Loire grâce à une vision poétique et avisée. Des articles travaillés avec sérieux, agrémentés de photos de toute beauté.
Sur le blog de Lasc-arts, nouvelle société de promotion d’artistes peintres et sculpteurs.

29 septembre Je me disais que trop d’éloges allaient vous paraître suspects…….
Mais à la réflexion, pourquoi finalement ne pas vous reformuler tout l’intérêt que j’ai pris à la lecture de ce N° 2 de « Strada ».
L’esprit est là: jeune, ouvert, vif sans être militant primaire.
Informatif sans être racoleur, il donne une vision humaniste des sujets traités.
L’écriture reste sensible et laisse de l’ espace à l’imaginaire, les émotions ne demandent qu’à éclore. Alors poursuivez avec bonheur cet épanouissement que l’on ressent derrière les sujets que vous nous proposez.
J’arrête ici, car trop c’est trop et pour le coup, je vais devenir suspect, je m’en tiens donc à ce que je vous prie de croire sincère. B.

28 septembre « Longue vie » à STRADA. Un magazine innovant, enrichissant… Bravo. Régine

27 septembreC’est en dégustant un thé à la brûlerie que je suis tombé sur votre revue. Excellente initiative, notre région avait besoin d’une autre actualité… Conteur et artiste-plasticien, je vis dans un hameau en Haute-Loire.Mon site : www.charcutier.org Tous mes voeux de reussite. Tian

26 septembre Bonjour à l’équipe de ce magazine novateur. F de Craponne sur Arzon

25 septembre J’ai lu hier soir votre magazine de cet automne, et je tenais à vous féliciter. Je le trouve très innovant et intéressant. Séverine G.

24 septembre C’ est avec grand plaisir que j’ ai parcouru, le Numéro 1 de STRADA.
Je tiens à vous féliciter pour la qualité de votre revue, sa présentation, et plus important, son contenu.
Des articles intéressants, rédigés sur un ton léger mais avec sérieux par des gens écrivant bien, mais qui eux n’ ont pas l’ air de trop se prendre au sérieux, j’ aime bien…
Ce N°1, le premier d’ une série que je souhaite longue est de mon point de vue une réussite. Bravo à toute l’ équipe rédactionnelle. Avant d’ oublier de le faire, je vous suggère pour les prochains numéros, de prévoir une rubrique « Le coin des lecteurs ». Pour ma part, je me suis permis de vous consacrer un court billet sur mon blog, qui je l’ espère, donne une bonne image de votre excellent travail. Alain Driessens .site: http://chroniquesducrabillou.blog50.com/

Nota Strada : Dans les magazines STRADA la vie d’ici, nous publions certains courriers des lecteurs.

23 septembre 2008 C’est avec beaucoup de plaisir que je viens de découvrir « Strada » (…) Je m’en vais lire l’intégralité de ce second n° mais je sais d’ores et déjà que vous y avez apporté beaucoup de soin. J’apprécie tout particulièrement votre orientation écologique ,nous sommes d’ailleurs une famille de « trieurs » depuis de nombreuses années. Stéphanie.

Je viens de lire votre magazine. L’édito, les reportages, tout est de qualité. C’est un bon support de communication pour vivre ensemble en Haute-Loire. Des sujets très variés, des photos de qualité, un bon support pour le developpement durable.Un magazine de reflexion qui nous donne envie de connaitre et de vivre ici. Régis Marcon

J’ai lu avec attention votre article sur l’entretien des piscines (Strada N°1). Beaucoup de solutions sont proposées, mais une en particulier m’a intéressée : il s’agit de la « baignade naturelle ». Des amis, très attentifs à l’environnement, ont choisi ce procédé pour agrémenter leur maison de vacances, mais sans utiliser de passage UV : seuls les végétaux et les poissons implantés dans le bassin de filtrage « nettoient » l’eau, qui se déverse ensuite naturellement dans le bassin de baignade, situé légèrement en-dessous. Résultat : une eau propre, très agréable… et un peu de compagnie, puisque certaines carpes élevées dans le bassin de filtrage ont sauté la barrière végétale pour s’installer dans le bassin de baignade ! Les enfants sont heureux de jouer parmi les poissons, et les parents apprécient le calme apporté par cet îlot de verdure…Certes, les bords et le fond du bassin ne sont pas « bleu lagon », mais l’ensemble s’intègre parfaitement et de façon très naturelle dans un très joli jardin à l’abri des regards ! Anne

Je viens de découvrir votre revue dans la salle d’attente de mon kinésithérapeute, je n’ai pas eu le temps de tout lire mais ce que j’ai vu est très intéressant. J’ai trouvé cette revue très bien et par ce message je viens vous demander s’il était possible de la recevoir chez moi, Dominique à Riotord.

Nota Strada : Nous avons un service d’abonnement postal : il faut s’abonner…

Pour votre numéro 1 de Strada la vie d’ici, j’ai beaucoup aimé la forme : colorée, de belles photos, un papier de qualité. Au début en le feuilletant je l’ai trouvé chargé au niveau de la mise en page et puis finalement à la lecture cela m’a permis de découvrir de nouveaux petits articles ou pubs à lire à chaque lecture. Le fond est très varié et très bien expliqué. Des articles courts, faciles à lire et traitant de l’essentiel sur le sujet. J’adore Mémette et Marius ! Bonne continuation à toute l’équipe. Longue vie à Strada ! Cécile D. une lectrice stéphanoise.

Franchement pas mal tant pour le contenu que pour la qualité esthétique de l’ensemble et pour le ton. dessinateur et photographe : michelcharlesbook.blogspot.com

J’ai pris connaissance à l’hôpital de Moze de Saint-Agrève de votre numéro 1 été 2008. Félicitations pour vos articles, votre mise en page et la qualité de cette édition. Je souhaiterai recevoir vos prochains numéros à la maison. Marlène – 07

Nota Strada : Nous avons un service d’abonnement postal : il faut s’abonner…

Je viens féliciter toute l’équipe de Strada, c’est une super idée, j’aime beaucoup ce genre de magazine, tout y est intéressant même si ce sont quelques fois des piqûres de rappel, il en faut. BRAVO. Une nouvelle lectrice

Pour entrer dans la galerie il faut utiliser trois clés, et une quatrième quand on veut ouvrir la boîte aux lettres. Depuis le 1er juin j’oublie régulièrement la quatrième. Aujourd’hui non. Je viens de trouver un magazine du bien-vivre qui s’appelle Strada, la vie d’ici… Pourquoi strada ? la route ? la vie d’ici sur la route ? Je n’ai que de vagues souvenirs des cours d’italien de mon enfance lointaine et strada se traduit peut être également par chemin, comme celui tracé sur la première de couverture, les chemins de la vie font souvent des détours, le titre est déjà pris. Il faut en faire du chemin pour arriver jusqu’à la galerie Arenvo, depuis le centre du village de Saint Bonnet le Froid jusqu’à la sortie il y a bien 200 mètres. La strada qui relie les deux points est courbe, grise, montante et pleine de voitures en mouvement. J’allais dire qu’il fallait être motivé pour entrer, mais non, on passe aussi par hasard ici. Pas souvent quand il pleut, qu’il y a du brouillard, du vent et qu’il fait froid ce qui est assez fréquent depuis ce 1er juin, mais quand il fait beau, oui, les visiteurs affluent.J’espère que le samedi 28 juin le soleil sera présent. Ce jour là, Arenvo fêtera l’ouverture de la saison2008, par un vernissage des sculptures de Christine Del Percio-Vergnaud, une exposition de dessins aux pastels extraits du carnet de voyage d’Alain Aubert et les poteries d’Elizabeth Quétin.Arenvo est une galerie d’art associative créée par des passionnés qui depuis trois ans tentent d’offrir aux regards des amateurs, et à faire découvrir aux autres visiteurs, des œuvres de qualité.Viendrez vous ? Nous vous attendrons. Dates d’ouverture : du 1er juin au 2 novembre du mercredi au dimanche14h /19h. Hélène Serre – Directrice d’Arenvo – Saint Bonnet le Froid, village d’Auvergne- 06 27 40 52 38

Hier j’etais chez le dentiste (vous vous en foutez et je comprends,). Je vais à la salle d’attente, bien sûr. Et sur toute la table de revues et bien laquelle je choisis ? Strada. Et oui parmi toutes les revues, j’ai soulevé, j’ai tourné et une seule m’a attiré c’était Strada la vie d’ici… Le mot Haute Loire m’a attiré sur la première page, et puis le logo aussi j’ai trouvé très sympa. Par contre j’ai juste eu le temps de le feuilleter parce que le dentiste est venu me chercher pour me charcuter. Grrrr, il est venu un peu trop tôt. En tout cas premier aspect nickel. J’ai noté l’adresse mail, je tenais à vous dire mes brèves premières impressions. Cathy – ponote

Je prends connaissance du n° 1 de votre publication, Strada La vie d’ici… et la trouve très dynamique, agréable à lire parce que pleine d’articles pratiques et de bon sens, et haute en couleur. Photographe- correspondant de presse

Un petit mot pour vous féliciter pour Strada que j’ai lu en détail : c’est une belle réussite, un magazine abouti et qualitatif, bravo ! Muriel

Je viens de découvrir votre magazine ! Bravo, il est vraiment très bien fait, beau et très agréable ! Longue vie ! Chriss – artiste-peintre du 43- http://www.gulluni.fr/Other%20Collections.html

Il est des projets dont on rêve…des enthousiasmes qui déplacent les montagnes…J’ai trouvé par hasard le N°1 de STRADA La vie d’ici dans ma boite aux lettres. Bravo pour cette belle réalisation, c’est une réussite rédactionnelle. Félicitations. Hubert (63) altiligérien de cœur.

Bravo pour ce magazine qui rempli un grand vide et trouvera sans nul doute sa juste place en Haute-Loire. Christian ROCHEDIX Mairie d’YSSINGEAUX Directeur des affaires culturelles