Complètement débutantes, elles ont fini 5ème sur 62 équipages en 2016. Piquées au jeu, elles participent à nouveau cette année au Cap Femina Aventure, 10 jours de raid en buggy au Maroc, une aventure 100% féminine.


Les coéquipières arrivent ensemble au rendez-vous, l’une habillée en robe imprimée à fleurs, l’autre en jean et veste kaki : on se dit que l’aventurière ce doit être la deuxième… Perdu !

Le sport auto m’a toujours plu, explique l’infirmière Sylvie Vidal, au look impeccable. J’avais envie de travailler dans l’humanitaire, mais comme j’ai des enfants, ce n’était pas possible. Pendant plusieurs années, elle étudie les rallyes pour trouver celui qui correspondrait le plus à ses attentes – un mix de solidarité, de sport, surtout pas élitiste – et arrête son choix sur le Cap Femina Aventure. Manque plus qu’à trouver une coéquipière. Plusieurs, tour à tour, lui assurent être prêtes à l’accompagner, mais l’affaire ne va pas plus loin.

« Moi, je ne savais même pas que des raids comme ça existaient ! « , s’exclame Caroline Sauvage, sa collègue de travail, secrétaire à l’IUT du Puy. Mais elle n’hésite pas une seconde à tenter l’aventure, et quand Caroline dit oui, c’est oui.

Les deux femmes enchaînent alors les manifestations pour récolter l’argent du voyage et du matériel de puériculture redistribué aux Restos Bébés du Cœur.

 

 

Pas de rallye sans action solidaire !

L’année dernière, on a vu sur le parcours des gens qui n’avaient vraiment rien, et chaque soir on rencontrait des femmes qui nous présentaient leur travail dans des coopératives. On s’est demandé ce qu’on leur apportait, nous… Certes, elles ont passé une journée à repeindre une école dans la couleur qu’avait choisie les élèves, et amené avec l’équipe d’organisation du raid du matériel scolaire, mais surtout, ce qu’elles retiennent, c’est que ce sont les échanges qui sont importants. Ce qu’elles ont amené avec elles qui a du sens ? Leur bonne humeur ! Leur joie de vivre !

 

Objectif : Orientation et moindre kilométrage

Le but n’est pas d’aller le plus vite mais de réaliser le parcours quotidien en suivant scrupuleusement les indices du roadbook pour rouler le moins de kilomètres possible. Pendant 8 à 10 heures par jour, dans les grandes chaleurs et pourtant pas loin des sommets enneigés, les deux nanas se relaient aux postes de pilote et copilote de leur buggy.

En 2016, après 2 000 km, elles n’avaient dépassé l’objectif que de 14 kilomètres. Et en 2017 ? Pour le savoir, suivez-les sur leur page Facebook, du 4 au 14 octobre.

 

« On nous dit qu’on a de la chance de partir… mais la chance ne tombe pas que du ciel, ça se provoque aussi ! » 

 

Les deux femmes ont organisé ou participé à une dizaine d’événements pour récolter les sous du voyage et du matériel de puériculture…L’action solidaire est une composante du rallye, au même titre que l’épreuve sportive.