Expérience de mort imminente

Gérard Bonnefoy, présence simple et paisible, m’accueille chez lui pour partager avec les lecteurs de STRADA une expérience qui fut essentielle dans sa vie.

En mars 2010, Gérard doit se faire opérer d’urgence d’une présumée crise d’appendicite qui s’avère une perforation du gros intestin. Sur la table d’opération, une allergie au produit anesthésique lui provoque un arrêt cardiaque. Alors que son cœur ne bat plus, il vit une expérience qui va le transformer.

Il raconte son EMI

« Je me suis retrouvé dans un espace d’une lumière très intense et douce, un endroit merveilleux. C’était immense, très blanc et très clair, d’une lumière plus claire que celle du soleil, mais pas aveuglante ; comme s’il y avait des murs mais tout en courbes, sans arrêtes, sans rien. Je ressentais une paix intérieure extraordinaire, je baignais dans l’amour, un amour qui n’a rien à voir avec ce qu’on connaît sur terre. J’ai perçu devant moi un être d’une lumière encore plus claire que celle qui m’entourait ; un être qui respirait l’amour, il n’y a pas d’autre mot pour le dire. Derrière lui, un peu à gauche, un autre être un peu plus petit. Je me sentais la capacité de communiquer mais je ne voyais pas mes mains, j’étais juste une conscience. Je me sentais extrêmement bien. Puis j’ai entendu la voix de mon père, décédé deux ans auparavant : Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu ne restes pas là, tu n’as pas fini, il faut retourner. Je lui ai répondu que j’étais très bien ici, que je ne voulais pas repartir. Il a insisté avec fermeté et douceur : tu as encore quelque chose à faire, tu repars. Et je me suis réveillé. »

Gérard décide d’abord de ne pas parler de cette expérience, car il craint qu’on le prenne pour un fou, mais en apprenant que son cœur s’est arrêté pendant 45 longues minutes, il comprend que ce n’était pas un rêve, perçoit petit à petit que quelque chose d’extraordinaire lui est arrivé. Neuf ans après cette expérience, Gérard a encore les larmes aux yeux quand il l’évoque .

====================================================================

Une expérience qui transforme

Longtemps, il s’est demandé ce qu’il avait encore à faire sur terre. Aujourd’hui il sent qu’il n’a pas à se poser cette question, il a l’impression qu’il se passe beaucoup de choses dans sa vie et qu’il avance pas à pas. Il se dit que, peut être, ce qu’il a à faire, c’est juste de continuer à vivre et d’évoluer et que cette expérience lui permet d’avancer plus vite.

« Avant mon EMI, tout ce qui n’était pas cartésien ne m’intéressait pas, je ne croyais pas dans une vie après la mort, ni en Dieu. Pour moi, quand on mourrait, on devenait poussière et c’était fini. Notre survie se faisait à travers nos enfants et ce qu’on avait pu leur transmettre. Je ne me posais pas des questions sur le sens de la vie, j’avais une femme et des enfants que j’aimais et je me croyais heureux. On me disait que j’étais très stressé, mais je ne m’en apercevais pas. Maintenant je sais qu’il y a quelque chose après la mort et cela a complètement changé ma personnalité ».

Quand son médecin le revoit deux mois après son opération, il observe que le regard de Gérard est différent, beaucoup plus doux. D’autres personnes de son entourage vont aussi s’apercevoir de cette transformation et lui en faire part.

D’autres changements vont suivre. Peu de temps après son EMI, Gérard perd son travail et en profite pour réaliser un ancien souhait, passer un CAP de reliure. De nouvelles envies émergent, se former à la géobiologie commence à lui trotter dans la tête. Ce qui l’intéresse c’est le sacré et aller à la rencontre des êtres de la nature ; il y a environ trois ans, il se décide à suivre des stages en Allemagne.

« Un jour, j’ai vu un reportage à la télé où des gens avec de baguettes étaient à la recherche de lutins et je m’étais dit qu’il fallait être con pour faire ça, et maintenant… c’est ce que je fais (il rit) ! Tout ce qui n’était pas cartésien ne m’intéressait pas, je pense que je trouvais cela ridicule parce que j’avais peur. Maintenant je me dis que c’est moi qui était ridicule.»

Un amour et un besoin d’aider les autres naissent à la suite de son EMI. En particulier le désir d’accompagner des personnes en fin de vie. Il a suivi dans ce but une formation avec l’association JALMALV à Saint-Étienne et commencé cette année à donner de sa présence à ces personnes. «Avant j’étais égoïste, je pensais à moi et je n’aimais pas le contact physique, maintenant j’aime toucher les gens, leur apporter quelque chose… Je ne sais pas l’expliquer.»

Cette expérience lui a aussi apporté une forme de paix. Etre serein, pour lui, c’est essentiel, c’est un bonheur. Désormais, il pense que notre passage sur la terre ne représente qu’une fraction de seconde dans le parcours de nos âmes, que c’est une expérience qui nous permet d‘évoluer au cours de plusieurs vies. Et une fois qu’on arrive au bout de notre évolution sur terre ? Peut-être restons-nous dans la lumière en permanence…

Les sujets de ses lectures aussi se sont transformés. « Ma femme récupérait Strada et je ne le lisais jamais. Maintenant ce magazine m’intéresse. Je vais voir des lieux énergétiques qui y sont présentés, et, souvent, il se passe des choses. Avant l’EMI, je lisais beaucoup de romans, maintenant mon intérêt se porte plus vers le domaine spirituel et ésotérique.»

C’est à travers ses lectures qu’il apprend que des millions de personnes à travers le monde ont vécu des expériences similaires à la sienne.

emi 3

Propos recueillis par Coral JARDON
Thérapeute et channel
06 76 91 69 76
www.coraljardon.com