C’est une jolie petite maison en contrebas de la route sur la commune de Saint julien du Pinet, pas loin d’Yssingeaux. Au départ, une presque ruine, que des arbres serrent de très près, rajoutant l’effet de désolation. On suppose qu’elle a brulé trois fois si on en juge les traces de charpentes successives et l’éclatement de quelques pierres sous l’effet de la chaleur, mais son orientation sud est, ses nombreuses ouvertures qui donnent sur le paysage de sucs environnant, sa situation proche de l’entreprise familiale a décidé le jeune couple que forment Gregory et Fanny à investir ici.

Il faut dire que les compétences de la famille Fouvet en matière de construction sont un sacré atout.

La première phase du chantier a consisté à nettoyer les abords, à maitriser le trop plein de végétation. Après jaugeage de l’ensemble, il a été décidé de rehausser légèrement quelques corbeaux, afin d’avoir deux niveaux d’une hauteur sous plafond confortable. Dans un souci d’une isolation performante, 250 mm de fibre de bois ont été posés en rampant de toiture.

Et pour isoler les murs ? Un mélange chaux chanvre aux caractéristiques innovantes.

1 photo avant chantier

 

Préparation des murs :

– Prévoir l’électricité en retrait du mur pour que les prises et interrupteurs affleurent sur la paroi finale.
Installation de fixation, 2;( au mètre carré pour que la préparation chaux chanvre soit solidaire du mur.
Passer un produit d’accroche à base de chaux pour que le mélange tienne bien au support.
Quand on banche, bien vérifier à l’aide d’un niveau si on veut que les murs soient droits.

P DSCF2263P DSCF2262_2

P DSCF2231_2

Un mélange aux caractéristiques innovantes.

Les murs de la maison semblent être de pierre sèche tant l’argile qui la maçonne a été placée  profondément et avec parcimonie entre des pierres de petites dimensions. Le rendu extérieur est sympathique, mais les failles sont nombreuses, l’air s’engouffre dans les interstices. En isolation traditionnelle, on aurait bouché les trous avant de placer l’isolant puis un doublage. Mais Grégory souhaitait une isolation perspirante et sans ponts thermiques. Il a décidé de doubler ses murs par l’intérieur avec un matériau naturel. Il opte pour un mélange chaux chanvre aux propriétés thermiques intéressantes qu’on a déjà eu l’occasion de vous présenter dans Strada pour ses nombreuses qualités de confort et environnementales : 100 % naturel, recyclable, régulateur thermique, régulateur d’humidité, ininflammable.

« J’avais bien entamé mon chantier et j’allais investir dans une machine à projeter un mélange de chaux et chanvre.  Je pensais me faire la main sur ma maison puis proposer ce procédé d’isolation à nos clients. C’est à ce moment que j’apprends par Alexis Monjauze, l’architecte, qu’il existe un produit quasiment avec les mêmes composants, mais plus facile à mettre en œuvre et surtout… plus performant. »

Appliquer son mélange chaux chanvre à la main, en utilisant une truelle, c’est possible mais il aurait fallu quelques mois pour venir à bout de ce travail de fourmi. Grégory Fouvet avait plutôt prévu d’utiliser une bétonnière et une machine à projeter, plus rapide et qui permet une belle finition. Il a finalement trouvé un mélange tout prêt, peu gourmand en eau : le HESMIX, fabriqué par la société Hemp Eco System, demande 3 à 4 fois moins de liquide qu’un mélange traditionnel. Le principe de pose se fait par coffrage. On place une banche, on remplit l’espace entre la banche et le mur, puis on remonte la banche et on remplit de nouveau l’espace entre la banche et le mur. Facile.

Le secret de la rapidité de mise en œuvre de ce matériau réside dans l’ajout d’un additif à base de minéraux qui fait tirer le produit et donc accélère sa prise. Olivier Sumela, le maçon sur place qui participe au chantier, atteste : « c’est un prêt à enduire facile à coffrer. j’ai besoin de seulement 20 minutes là où je mettrais 2 ou 3 heures avec un mélange traditionnel. »
L’ensemble sera rigide comme de la pierre au bout de 2 mois. De la masse, sans l’inconvénient du poids. On en ratisse alors légèrement la surface. La paroi peut rester telle quelle, brute ou bien être enduite pour un fini lisse, ou encore traitée simplement à l’huile de lin ou lait de chaux pour garder un aspect rustique.
«  J’aurai eu connaissance de ce produit plus tôt, je l’aurai aussi utilisé pour isoler la toiture » affirme Grégory, enthousiaste.

 

HESmix

Le mélange chaux chanvre prêt à enduire
de Hemp Eco Systems
C’est un matériau qui absorbe les variations thermiques et fait office de puissant régulateur d’humidité. Pourquoi ? En fait, c’est une capacité naturelle des plantes que l’on retrouve à l’intérieur du granulat de chanvre : des micropores viennent agglutiner les gouttes d’eau et les transforment en gaz, un changement de phase bien plus rapide et efficace qu’une ventilation mécanique. Le chanvre naturellement riche en silice gère l’humidite sans avoir l’inconvénient du pourrissement.
Une fois durcit, le mélange n’est pas colonisé par les rongeurs.
Le mélange Hesmix pèse 280 kg au mètre cube. C’est un matériau léger à très forte inertie.
Plus lourd qu’un isolant classique (le polystyrene ou les laines minérales font 15kg/m3, la laine de bois entre 40 à 50 kg/m3) et beaucoup moins qu’un béton qui, en fonction de sa charge minérale, avoisine généralement 2200 à 2400 kg/m3. Quel intérêt ? assez léger pour être supporté par la toiture, mais avec assez une capacité à réduire les transferts de chaleur hors norme, supérieur à 10 h.
Ininflammable. Le fabricant affirme qu’un contact direct avec un bruleur n’affecte pas son matériau.