Le 27 janvier 2023

On pensait que notre sac en textile tout léger tout mignon était écolo ?

Eh bien on avait tout faux.

Le tote bag, ce sac qu’on utilise pour faire nos courses, qu’on a dans son sac à main, dans son sac à dos, dans sa voiture…, aurait une empreinte écologique pire que le plastique jetable. A moins qu’on l’utilise des milliers de fois, ce qui semble peu probable.

L’industrie textile compte parmi les plus polluantes au monde. Prenons un tote bag en coton. L’analyse de son cycle de vie est catastrophique. Sa culture nécessite beaucoup d’eau, de soleil et de pesticides. La transformation du fil en tissu utilise de nombreux produits chimiques. La confection est souvent confiée à l’autre bout du monde, là où la main d’œuvre est moins chère. Puis il est encore transporté vers l’occident. Enfin, son recyclage n’est pas automatique.

Chacune de ces étapes a des impacts néfastes sur l’environnement et sur la société. « Pour être rentable, d’un point de vue écologique, le sac réutilisable doit permettre d’éviter l’utilisation de dizaines, de centaines, voire de milliers de sacs à usage unique », indique Zéro waste France.

Il y a quand même un biais dans ce raisonnement. Dans notre tote bag, on transporte des produits différents qu’on aurait mis, du temps des sacs de caisse jetables, dans une dizaine de sacs plastique différents. Mais même en enlevant un zéro à l’estimation de Zéro waste, il doit durer sacrément longtemps, notre joli tote bag, pour devenir « écolo ». Une vingtaine d’années minimum pour un usage au quotidien, a calculé le ministère de l’Environnement et de l’Alimentation danois.

Alors qu’est-ce qu’on fait ?

On refuse poliment, en donnant nos raisons, le cadeau empoisonneur de notre boutique, sauf si le tote bag est en matière textile récupérée, de fabrication française et qu’on en a vraiment besoin. Et on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, quand soudain Crac !, alors on va chercher un autre tote bag au fond du placard et on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise, et on le réutilise.

Ah, nous allions oublier, et on le réutilise. 

Avec le soutien du groupe Vacher Z.A Polignac www.groupevacher.com     Tél : 04 71 02 22 94

A découvrir

EXPOSITION PEUPLE KALASH DE L’HIMALAYA

Recommandation

Du 04 septembre 2022 au 27 janvier 2023

Activités

EXPOSITION PEUPLE KALASH DE L’HIMALAYA

Avec Jean Yves loude et Viviane Lièvre nous avons le plaisir de vous présenter l’exposition Peuples Kalash de l’Himalaya dans un lieu historique de la passementerie. un vernissage est organisé ainsi qu’une projection du film de Viviane Lièvre. Nous vous rencontrerons avec plaisir autour des photos, dessins, objets exposés

Saint Jean Bonnefonds (42) - La Maison du Passementier

Dans la forêt

Recommandation

Le 10 février 2023

Spectacles

Dans la forêt

Lecture théâtralisée Production de la Cie La Sauvage, Dans la forêt, lecture théâtralisée, nous ramène au plaisir de l’histoire contée au coin du feu ou à la belle étoile. Hélène Bertrand, comédienne, lit dans un carnet comme un journal intime, l’histoire de Nell, jeune femme de 18 ans qui vit seule avec sa sœur dans une maison familiale au bord de la forêt californienne.

Auditorium Cziffra, place Lafayette, 43 160 La Chaise-Dieu 18:30

CAFE PHILO

Recommandation

Le 07 mars 2023

Activités

CAFE PHILO

La question du genre n’entraine t elle pas une sorte de confusion dans notre pensée et dans notre comportement surtout quand elle est marquée par une radicalité qui semble vouloir gommer toute sorte de différence entre les êtres humains ? La question du genre est une question contemporaine qui semble attiser toute sorte de débats. Elle est évoquée souvent de manière affective et passionnelle. Comment peut on en faire une question philosophique en gardant un distance de juste mesure et sans tomber dans la radicalité ?

YSSINGEAUX (43) à la médiathèque de la Grenette 18:30