Ma cave, ART DE VIVRE

Le 28 novembre 2022

Montré du doigt pour sa consommation excessive de pesticides, la viticulture a vu apparaître ces dernières années de nombreux logos censés rassurer le consommateur.  Bio, Demeter, vin nature…
Il est difficile de s’y retrouver, sans parler du label HVE (Haute Valeur Environnementale) que l’on ne peut cependant pas considérer comme Bio puisqu’il autorise l’utilisation de produits phytosanitaires ‘en cas de nécessité’.
Quant aux vins vegans, bien qu’interdisant tout intrant d’origine animale, ils ne sont pas obligatoirement bio.

les certif bio les plus courantes

 1)Les vins bio

Le label Européen Eurofeuille interdit les pesticides et engrais chimiques tout en abaissant le taux de souffre en vinification. Contrôle annuel par ECOCERT ET VERITAS. Pour obtenir ce label, la conversion est de 3 ans, c’est le temps jugé nécessaire pour éliminer tout trace de résidus chimiques dans les sols. Le logo Eurofeuille Européen est aujourd’hui le plus utilisé et donc le plus connu.

Nature et progrès trouvant le Label Européen trop permissif abaisse encore le taux de souffre tout en imposant entre autre une vendange manuelle et l’utilisation obligatoire de levures indigènes (présentes naturellement sur le raisin). Contrôle annuel par l’organisme COMAC

2)  Les vins en Biodynamie

Ils ont le label DEMETER, un acteur international reconnu en France en 1982 ou BIODYVIN (groupement viticulteurs français créé en 1995). Le vin est obligatoirement issu de raisins cultivés en bio. Les intrants chimiques ne sont pas autorisés tout comme les OGM. Les vendanges s’effectuent à la main. Le viticulteur stimule la vigne avec des préparations naturelles en tenant compte du calendrier lunaire et abaisse encore le taux de souffre, seules les bouteilles sont autorisées le niveau de soufre est encore abaissé. Contrôle annuel par ECOCERT et DEMETER.

3) Les vins Nature

Les 2 grands courants l’AVN (Association Vins Naturel) et vins SAINS s’interdisent les intrants. Il n’y a pas d’ajout de soufre pour les vins SAINS ou en quantité limité pour AVN (association vins naturel). Aucun contrôle.

HISTOIRE DE LA BIODYNAMIE

La superficie des vins bio, bien qu’en croissance rapide, ne représente qu’un peu plus de 20 % du vignoble français. Aujourd’hui, on constate que ce sont les vins en biodynamie qui se voient de plus en plus plébiscités par un public averti, sensible au respect de la biodiversité et conscient que la qualité ne peut rimer avec quantité.

L’origine de la biodynamie ne date pourtant pas d’hier. Au début des années 20, les agriculteurs avaient déjà constaté que l’utilisation des produits phytosanitaires – dans le but d’industrialiser l’agriculture et d’augmenter considérablement les rendements-  appauvrissait les terres et altérait la qualité nutritive des aliments.

En 1924, les « cours aux agriculteurs » de Rudolph Steiner, scientifique philosophe autrichien, posèrent les fondations de la biodynamie. Plus récemment Pierre Masson, décédé en 2018, faisait figure d’expert de renommée mondiale pour une agriculture respectueuse de la plante. Son fils Vincent a repris le flambeau en devenant le consultant et l’interlocuteur privilégié de près de 3000 agriculteurs dans le monde.

LES TROIS PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA BIODYNAMIE

  1. Concevoir la ferme ou le jardin comme un organisme agricole, une entité autonome et individualisée.
  2. Utilisation parcimonieuse de préparations biodynamiques : à base de produits naturels, (bouses de vache, cornes, silice, décoctions de plantes…) qui agissent énergétiquement pour l’équilibre du domaine. 
  3. Travailler avec les rythmes cosmiques, c’est-à-dire tenir compte des influences du Soleil, de la Lune, des planètes et du zodiaque.

Pour ses détracteurs la biodynamie est ésotérique et n’a jamais rien prouvé scientifiquement.

Pour ses partisans, la biodynamie revitalise la vigne en lui réapprenant à se défendre naturellement des maladies. Et ceci grâce à des préparations issues de produits naturels, dispensées de façon homéopathique,  et à une culture et une vinification respectant son environnement, son sol, le micro climat et les grands rythmes de la nature.

Détracteurs et partisans s’accordent toutefois sur le fait que, bien que l’on ne sache pas expliquer scientifiquement la biodynamie, on constate assez rapidement ses bienfaits sur la santé et la vigueur de la vigne. Quant aux vins issus de la biodynamie,  ils retransmettent remarquablement le potentiel et les qualités de leur terroir.

Le label de biodynamie DEMETER, et le groupement de viticulteurs Biodyvin sont une garantie de qualité indéniable. Cependant, de talentueux vignerons sans label réalisent du vin en biodynamie ou en bio. Pour certains leur notoriété leur permet de s’affranchir de tout label mais pour d’autres ce choix est d’ordre économique car la certification bio, les contrôles annuels et la baisse de rendement inéluctable les premières années ont un coût non négligeable. Mais chez ces vignerons sans labels la qualité des vins produits peut être remarquable, preuve du travail fait à la vigne et de la précision sans artifices dans la vinification.

Ces vignerons se passent donc de toute certification, car le savoir-faire et l’amour du métier sont leurs principaux atouts. Le socle est alors basé sur la confiance et d’honnêteté. Car au final le plus important est le contenu de la bouteille, le but ultime étant bien de procurer du plaisir aux consommateurs ! Et là, pas de triche possible !

LA SéLECTION DES CAVISTES

Stéphane Grand
De vins en vins, Chadrac (43)

De vins en vins


  • Cuvée Les Bonnets Blancs, appellation muscadet du Domaine Bonnet-Huteau.
  • Muscadet tout en fraicheur avec un côté citronné et une belle minéralité. Ce vin se mariera parfaitement avec un apéritif et des fruits de mer.
  • Il se conserve pour une durée de 5 ans dans une bonne cave.
    Damien
    Marcon, Le Puy-en-Velay (43)

    Marcon Le Puy-en-Velay


    • Appellation Cahors du Sud de la France.
    • Vin très gourmand, boisé et fruité à base de Merlot, de Malbec et de Tannat.
    • 12 mois d’élevage en barrique.
    Emmanuel Buniazet
    Raisin Malt & Co, Yssingeaux (43)

    Raisin Malt & Co


    • Le coup de coeur en biodynamie d’Emmanuel Buniazet :
    • Cuvée Les Fous – Domaine Léon Boesch (Alsace).
    • Accompagnera parfaitement un foie gras poêlés ou en terrine.
    Claudine Beaudouin
    Cave de la Chèvrerie, Le Puy-en-Velay (43)

    Cave de la Chèvrerie


    • Les mémoires de Thierry Germain.
    • Les vignes ont été plantées en 1904. C’est un vin rond, souple et soyeux avec des petits fruits.
    • Il s’accordera parfaitement avec un tartare de saumon ou de thon mais également avec un tian de légumes pour nos amis végétariens.
    Johannes Marcon
    Cave Marcon, Saint-Bonnet-le-Froid (43)

    Cave Marcon Saint-Bonnet-le-Froid


    • Vin produit en Ardéche, à Saint-Marcel-d’Ardéche sur les terroirs rhodaniens au Mas de Libian.
    • Vin très agréable et très aromatique idéal à l’apéritif avec des petits fromages de chèvres.
    Vincent
    Cave Molière, Le Puy-en-Velay (43)

    Cave Molière


    • Cuvée Beaulieu du château de la Selve, Domaine située en Ardéche.
    • Vin rouge assez léger en Bio et en Biodynamie.
    • Il se mariera parfaitement pour les fêtes avec de la volaille, du veau et des morilles.