Nos yeux lâchent le paysage pour regarder où on met les pieds. on a quitté la route forestière du Meygal et on descend en direction de Monedeyres. Un chier* dégouline de la montagne et on ne voudrait pas dégringoler dans sa rivière de pierres. Mais, disséminés sur notre parcours, de drôles de personnages nous intriguent et nous amusent. Là, des rapaces, ici, un profil humain avec un cigare au bec, des sortes de totems parfois en branchages mais surtout en pierre. Quelqu’un transforme le versant ouest du Mont Chabrier en atelier jusque sur le GR.

*Chier se prononce ‘chierre’, désigne un éboulis.