Projet photovoltaïque citoyen

Comment mieux utiliser les énergies du vent, du soleil, de la biomasse du territoire au lieu d’exploiter des énergies fossiles ? C’était la réflexion il y a déjà plus d’une dizaine d’années d’un groupe de citoyens qui a su dépasser les discours et passer à l’action.

ÈRE 43, Fournisseur de chaleur locale

Bien avant que les diagnostics thermiques n’existent et ne deviennent obligatoires, ces militants convaincus et visionnaires ont réalisés des études thermiques en préconisant une meilleure isolation et l’utilisation de ressources locales.

Ils ont inventés le Modul’R, un concept de micro-chaufferie dont ils prennent en charge l’alimentation par du bois déchiqueté local et dont ils revendent la production de chaleur ; une vingtaine de leurs Modul’R ont déjà été installées en Haute-Loire.

Ils se sont organisés en SCIC, c‘est à dire qu’ÈRE 43 fonctionne comme une société mais en utilisant des outils associatifs, dont l’élection de son responsable : Jacques Villevieille en est le gérant élu.

Pour inciter ses clients à devenir acteurs de la maîtrise de l’énergie, ÈRE 43 a instauré une politique de prix à l’inverse de ce qui se pratique par ailleurs. Nous, on a plutôt l’habitude de payer moins cher quand on achète en plus grande quantité, c’est valable pour les pots de yahourt et pour les mètres cubes d’eau, mais pas pour les kilowatt d’ÈRE 43 ! Si on sur-consomme, on paye plus à l’unité. Du coup on fait attention à sa consommation (et on laisse repousser les arbres).

Ere 43 a créé une centrale photovoltaïque coopérative ; 60 sociétaires ont rejoint la SCIC en s’impliquant dans la mise de fond pour l’emprunt et l’investissement dans une centrale PV au Mazet-Saint-Voy. Les panneaux recouvrent un des hangars de stockage de bois d’ÈRE 43.

Recherche 30 toits de 65 mètres carrés dans l’Yssingelais !

ÈRE 43 se lance dans un projet de pose et de gestion de panneaux photovoltaïques sur 30 toits de 65 mètres carrés dans l’Yssingelais. Pour produire efficacement de l’électricité solaire, il faut que les toits soient bien orientés, sud ou sud-est, les 65 mètres doivent être d’un seul tenant, sans éléments à contourner de type fenêtres de toit ou cheminées.

Aguerri aux montages de dossiers comme aux études thermiques et à la technologie PV, ÈRE 43 pilote l’ensemble du projet. La société coopérative investit à la place du propriétaire du toit, s’occupe de la partie technique, (pose les panneaux, gère le raccordement au réseau, l’installation de la centrale de 9kWc, prend en charge l’entretien et la surveillance) et rémunère 300 euros par an pour la mise à disposition du toit. A la fin du contrat, au bout de 20 ans, la centrale appartient au propriétaire du toit qui bénéficie alors de la production totale d’électricité.

Un modèle économique couplé à un engagement citoyen

Celui qui propose son toit à ERE43 ne peut pas être dans une simple logique de consommateur. Il faut qu’il souhaite s’inscrire dans un projet citoyen.

Une mise de fond de 3000 euros est corrélée à l’entrée au capital de la SCIC, ce qui engage le nouveau sociétaire à participer à la vie de la société, être présent à l’assemblée générale une fois par an, amener sa perception de la politique énergétique et citoyenne…

En fait, c’est un peu comme si ERE 43 faisait le boulot d’ Enercoop et de la Nef réunis

Enercoop, est une SCIC qui achète du courant électrique à des producteurs d’énergies renouvelables pour le revendre, alors que La Nef est une structure qui finance des projets écologiques dans le champ de l’économie sociale et solidaire… Deux aspects du travail remarquable de cette entreprise yssingelaise qui oeuvre pour l’efficacité énergétique locale.

Questions / réponses de Jacques Villevieille,Gérant élu de la SCIC ERE 43

Jacques Villevieille,
gérant de la SCIC ERE 43

Pourquoi ne pas se tourner vers de l’autoconsommation au lieu de revendre l’électricité ?

Jacques Villevieille : Les électrons vont toujours au plus court : si vous consommez de l’électricité quand votre centrale produit, c’est bien votre production que vous consommez. Si il y a un nuage, vous n’avez pas de production électrique. Si vous voulez stocker dans des batteries, il faut savoir qu’elles coutent très chères… même si la technologie évolue rapidement, les systèmes autonomes ne produisent qu’une partie du besoin. Donc, pour nous, la meilleure solution consiste à mutualiser la production au travers du réseau existant.

Pourquoi revendre l’électricité à EDF au lieu d’ENERCOOP  ?

JV : Parce qu’EDF à le monopole de subvention de l’Etat ! En ce moment EDF Obligation d’Achat offre 20 cEuro le kWh solaire alors qu’Enercoop ne peut proposer que 8 c. Nous militons pour que cela change car nous partageons la vision Enercoop : « une société dans laquelle chacun peut accéder à une énergie 100 % renouvelable ; un modèle sobre en énergie, local, organisé dans le cadre d’une gouvernance partagée et démocratique ».

Il parait que les panneaux PV ne sont pas recyclables…

JV : Aujourd’hui on installe, on ne démantèle pas encore, mais un fond se constitue en prévision de cette étape qui ne devrait pas poser de problème, ce n’est pas comme le nucléaire… Les panneaux intègrent quelques minéraux rares mais comme tous les autres outils que vous connaissez.

Il faut prendre aussi en considération la faible énergie grise (celle qui est dépensée pour le produire) du PV : elle est compensée par sa production en énergie renouvelable en 1 à 3 ans alors que l’énergie grise d’un frigo ou d’un téléphone portable n’est jamais compensée.

Quelles sont les contraintes d’entretien ?

JV : Il n’y a pas de contraintes pour le particulier qui travaille avec nous. Nous nous occupons de tout, c’est notre métier, et nous sommes des professionnels installés à côté de chez vous, contrairement à ceux qui vous prospectent par téléphone.

Comment se passe l’intégration des panneaux sur la toiture ?

JV : On enlève les tuiles et on les remplace par les panneaux. Ils ne dépassent pas de plus de 20 mm.Comme ils sont plus léger que les tuiles, la charpente n’est pas à renforcer (20kg au m2 au lieu d’environ 50kg au m2 pour les tuiles).On profite de la pose pour augmenter si besoin l’isolation thermique du toit.

Que se passe-t-il si je vends ma maison alors que je vous loue mon toit ?

JV : Le contrat de location se poursuit avec votre acheteur, c’est lui qui touche le loyer.

Pourquoi passer par vous au lieu de dealer directement avec EDF ?

JV Nous sommes un élément fédérateur, sur le terrain, vous bénéficiez de notre expérience, et nous vous proposons un service clef en main. Travailler avec nous crée du lien, c’est un acte militant.