A Chastenuel, cette ancienne ferme est aménagée depuis plusieurs années en douillet cocon, tout en gardant son caractère. Pour transformer une partie de la grange en salon-bibliothèque, son propriétaire a choisi d’isoler ses murs en pierre avec un mélange de chaux-chanvre d’une épaisseur de 10 cm, lissé pour un meilleur confort, et une facilité d’entretien : il n’accroche pas la poussière.

Le sable fin de rivière (extrait du Teil, entre Drôme et Ardèche) amène des nuances dorées. Pierre Hequet, du village d’à coté (La Chapelle Bertin), «un artisan qui comprend sa démarche» a réalisé les travaux.

L’intérêt du chanvre

Na-tu-relle : une plante qui pousse sans engrais, nettoie le sol de façon extraordinaire, et fixe le monoxyde de carbone.

C’est de la locale ! On en cultive chez nous, en Auvergne. Le FR CIVAM à Lempdes travaille d’ailleurs activement à la réhabilitation de la filière chanvre.

Sous forme de paille, elle est imputrescible, ne craint ni eau, ni chaux.

Ne nécessite aucune transformation avant utilisation, sauf mécanique : on moissonne, on dépoussière, on broit et c’est prêt !

Sa fibre, la plus solide des fibres végétales, est fongicide, et n’attire pas les rongeurs et les insectes.

Les déclinaisons du chanvre

Comme elle se décline en laine (vrac, en rouleaux, en panneaux semi rigides), ou en chènevotte (paille de chanvre plus ou moins broyée) pour rentrer dans la composition de mortier, béton, enduits. On la retrouve à tous les étages : en bloc constructif, en dalles de rez de chaussé ; en dalles d’étages pour sa légereté, en doublages, en cloisons, en isolation de toiture, sur les murs…

Mélangé à de la chaux, on obtient un mortier multi-usages :
– pour revêtir des murs, d’équerre ou arrondis
– en sous couche avant finition ou aspect brut
– en banché dans une ossature ( existe aussi en bloc prêt à bâtir)
– ultra léger, on peut l’utiliser sur un sol en plancher bois, pour noyer un plancher chauffant par exemple. dans ce cas on rajoute un peu de ciment pour améliorer la résistance mécanique.

Ha, j’allais oublier l’essentiel : c’est un merveilleux isolant.
En rouleau, ou panneau semi rigide, ou en vrac, son coefficient de conductivité thermique λ (W/m°C) tourne autour de 0,04 sa résistance thermique en épaisseur de 20 cm autour de R=5, soit l’équivalent des propriétés des laines minérales ou du polystyrène expansé. Elle a aussi de belles aptitudes en isolation phonique. c’est un des petits chouchous des constructeurs de maisons BBC.
Et encore ? c’est beau ! C’est une question de goût, mais quand même…

JA