Parce que c’est ce qui l’humain qui nous importe le plus, donnons d’abord des nouvelles d’Hubert. Nous avons publié  sur ce site et dans Strada des extraits de son journal, dans lequel il racontait son calvaire depuis qu’il percevait les infra-sons. Incapable de trouver le sommeil, ou réveillé en sursaut, oppressé, épuisé, il fut obligé de fuir son domicile. Expliquant cela aux autorités il s’est retrouvé face à un mur d’incompréhension, de mépris ou de négation de son état. Heureusement des réseaux internationaux mettant en rapport des victimes du syndrome éolien et démontrant scientifiquement le phénomène qui agressent ces personnes  lui a permis de garder espoir. Depuis 2 mois, testant une solution préconisée par Alex Salt, ORL expert du syndrome éolien, il redort. Comment ? en faisant fonctionner  au pied de son lit un ventilateur du type distributeur d’air chaud qu’on installe en général dans les combles pour ne pas avoir de bruit. Hubert ne connait plus le silence mais il dort. Il n’est plus réveillé en sursaut par les vibrations des éoliennes, il peut rester dans sa maison tant que le moteur de ce distributeur d’air l’accompagne jusque dans son lit pour annihiler les effets dévastateurs des éoliennes.  C’est loin d’être la panacée mais c’est une bonne nouvelle.

Une autre bonne nouvelle, c’est que les gouvernements d’Australie, du Danemark et d’Angleterre semblent avoir décidé de stopper le développement éolien industriel sur leurs terres. Le problème sanitaire n’est pas mis très en avant, c’est la non rentabilité de ces engins qui est souvent dénoncée. Qu’à cela ne tienne, c’est une nouvelle étape vers la non prolifération de structures industrielles nocives pour la santé.

Nous avions évoqué les problèmes de l’éolien industriel dans le magazine livre LIBRI 2012, avec les regards croisés de chercheurs, d’un ethnographe, d’un sociologue…

Vous pouvez acheter LIBRI 2 -2012 sur le site 

ou bien l’extrait en PDF 11 pages sur le  sujet éolien