L’Homo sapiens avait certainement remarqué que l’eau se réchauffait au soleil et pourtant, ce n’est qu’au vingtième siècle que l’homme s’est mis à fabriquer industriellement le chauffe-eau solaire, tellement plus économique à l’exploitation que le chauffe-eau électrique ! Puis, revenant sur ses pas – l’électricité fut inventée approximativement un siècle plus tôt – il s’est mis à produire de l’électricité à partir de cellules photovoltaïques, toutes simples et parfaitement statiques, ne demandant qu’à « se dorer la pilule ».

Pour lire la suite de l’article, cliquer sur les trois points suivants

En France un marché à peine naissant

En 2007, sur 1500 MW de solaire photovoltaïque installés en Europe 1000 l’étaient en Allemagne, soit plus de trente fois le « parc » français qui s’élève à seulement à 35 MW. Par l’arrêté du 7 juillet 2006, la France s’est fixé l’objectif ambitieux d’atteindre une capacité de production photovoltaïque de 160 MW en 2010 et de 500 MW en 2015.

Choix éthique ou investissement financier ?

Parce que c’est une énergie propre, dont l’exploitation s’intègre harmonieusement aux habitats, on peut choisir l’énergie solaire par souci de préserver la planète. Mais aujourd’hui, les différents dispositifs d’aide à l’installation incitent les particuliers à investir dans de la production photovoltaïque : l’opération est devenue rentable et sûre à long terme.

Pour info, EDF rachète l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques des particuliers 0,56 € le kW lorsqu’ils sont intégrés dans la toiture, à 0,35 € le kW lorsque les panneaux sont installés sur châssis.

Ce tarif est 2 à 4 fois plus élevé que celui que nous applique EDF !

L’intérêt est donc de vendre ce que l’on produit et d’acheter ce que l’on consomme.

La rentabilité dépend du contrat électrique, de la surface et du coût d’installation des panneaux, des aides financières accordées, selon le lieu, par les municipalités, le département, la région, EDF et l’Etat (dégrèvement fiscal)

Prenez contact avec le centre des Impôts avant d’engager des frais : vous connaitrez les conditions pour bénéficier du dispositif de crédit d’impôt ou de réduction d’impôt. La loi fiscale qui a été votée, ne s’applique que jusqu’au 31/12/2009, après il se peut que les aides soient plus proches d’un système bonus/malus. Il est conseillé de demander un rescrit, c’est-à-dire un engagement de l’administration sur les conditions qui vous seront faites.

La Haute-Loire, un département ensoleillé

La Haute-Loire est un département particulièrement adapté au solaire thermique et au photovoltaïque en raison de la qualité de son ensoleillement (plus de 1880 heures par an contre 1600 heures à Lille) et de ses températures modérées. Des régions plus au sud, comme celle de Montpellier, ne sont pas forcément mieux loties, car si l’on a trop de chaleur, on perd en production.
Pierre Lasherme, chauffagiste au Puy-en-Velay et installateur Shüco, Conergy, Wiesman, Büderus,… connaît bien l’histoire de l’énergie solaire en Haute-Loire : « Des précurseurs ont équipé leur maison en solaire dans les années 70. Récemment l’architecte Jean Fargette a fait appel à notre société pour remplacer les panneaux solaires qui alimentaient sa maison de Borne depuis 38 ans ! Il a opté pour le même système, du solaire thermique, dernière génération, sur-mesure. Depuis, les matériaux, les rendements, ont évolués mais les principes de bases sont les mêmes».

Et de fil en aiguille, on apprend que le père et les oncles Lasherme avaient eux aussi inventé un système solaire similaire dans les années 70… toute une histoire. Dans l’entreprise Lasherme, il y a des gènes… lumineux !

www.lasherme.fr

Production d’eau chaude ou d’électricité ?

Le rayonnement solaire n’est pas exploité de la même façon et n’a pas la même finalité selon que l’on utilisera sa lumière pour le photovoltaïque, ou sa chaleur pour le solaire dit « thermique ».

Le photovoltaïque : des capteurs électriques soumis au rayonnement solaire transforment la lumière en courant continu de forte intensité. Au moyen d’un onduleur, ce dernier est transformé en courant alternatif, injectable dans le réseau EDF.

Dans le solaire thermique un fluide caloporteur, chauffé par le rayonnement solaire, circule dans les tuyaux de cuivre du panneau capteur. Il emporte dans l’échangeur les précieuses calories qui vont fournir l’eau chaude sanitaire (ECS), consommée dans l’habitation. Si c’était de l’eau, et non un fluide caloporteur, qui était soumise aux variations de température de -20 à 150 °C à l’intérieur des panneaux capteurs, elle gèlerait, monterait en surpression ou serait dégradée, et deviendrait impropre à la consommation.

Neuf ou rénovation, des stratégies différentes

Le choix de son système énergétique devrait préfigurer le type de maison que l’on va faire construire. Une étude préalable d’implantation : altitude, ensoleillement, orientation… semble indispensable pour choisir jusqu’au fournisseur de panneaux.

En rénovation, le solaire thermique, grâce à des kits de production d’eau chaude, permet pour un investissement d’environ 6000 €, de compléter l’installation existante et de faire une économie sur sa facture d’énergie. Mais là aussi, l’étude par spécialiste-installateur s’impose.

Vers une autonomie énergétique totale

Stocker l’électricité produite par l’installation photovoltaïque est techniquement possible : cela nécessite des batteries au plomb coûteuses et préjudiciables à l’environnement. Pour une démarche autonome, on peut aussi penser à ajouter une éolienne qui a des cycles de fonctionnement journaliers et saisonniers complémentaires au solaire. Des maisons vraiment autonomes en énergie, ne dépendant ni du réseau électrique ni de combustibles fossiles, apparaissent ça et là. Ce ne sont encore que des prototypes mais leur généralisation ne saurait tarder.

Se passer d’un installateur ?

Des petits malins à la recherche du meilleur prix font des achats groupés en passant par des associations comme Enerplan. Attention, il faut être compétent en technique, d’autant qu’il existe un véritable danger à installer du courant continu et particulièrement au moment de la mise sous tension. Il faut aussi être très au fait des normes, aussi bien techniques qu’administratives, et réaliser votre installation dans les règles de l’art. Un contrôle conditionnera l’obtention des aides et la vente éventuelle d’électricité à EDF.
Marius et Mémette
Marius : – tu as lu ça, Mémette ? Maintenant on fait de l’énergie avec le soleil !
Mémette : – ha ben c’est pas nouveau ! Cela fait des années que tu manges les confitures que j’ai fait cuire au soleil !

Les démarches administratives : un parcours du combattant !

Votre installateur connait bien les démarches préalables à l’installation de votre panneau solaire photovoltaïque, il vous guidera dans les différentes étapes. Néanmoins, on rêve d’un guichet unique pour toutes les procédures administratives : il faut passer par six administrations différentes pour pouvoir vendre de l’électricité de source photovoltaïque, et : -Etablir une déclaration de travaux ou une demande de permis de construire (plan de masse, intégration paysagère, vérification du Plan d’Occupation des Sols etc.)
-Obtenir une attestation de conformité
-Demander un certificat d’obligation de rachat auprès de la DRIRE
-Demander l’autorisation d’exploitation d’une installation de production d’électricité auprès de la DIDEME
-Demander la pose d’un compteur de production auprès de l’Agence de Raccordement (ARD)
-Demander l’établissement du contrat de rachat de l’électricité par EDF auprès de l’Agence d’Obligation d’Achat (AOA)
+ d’infos sur www.ademe.fr

Voir, apprendre et comprendre le solaire en visitant la Maison du Vent

Sur le site éolien de St-Jean Lachalm, le local technique qui abrite les terminaux de gestion du parc, a été transformé en un lieu didactique pour la promotion des énergies renouvelables. On peut suivre en direct la production du site éolien mais aussi comprendre le fonctionnement d’une installation photovoltaïque, puisque le toit du bâtiment a été équipé de 200 modules, soit 230 mètres carrés de panneaux, et 6 onduleurs, pour une production estimée à 25000kWh/an. Si on la rapproche de la consommation moyenne des français hors chauffage, cela correspond au besoin de 5 foyers. « Nous n’avons pas un rendement optimal ici, à cause de l’orientation Est/Ouest, la destination initiale du bâtiment étant le poste de livraison du parc éolien. Mais c’est un bon moyen de communiquer sur des énergies qui vont dans le bon sens. » remarque Julien Hostache, responsable du projet. « L’équivalent du besoin énergétique de 5 foyers, cela peut paraître peu. Mais, peut être que nous consommons plus que nos besoins : n’oublions pas, que si chaque foyer français s’équipait de lampe basse consommation, nous pourrions nous passer de quatre réacteurs nucléaires sur notre territoire ! » .

La Maison du Vent, sur le site éolien de St-Jean Lachalm, a été équipée de 200 modules photovoltaïques par l’entreprise LASHERME. Elle se visite. Tél. : 06 27 12 00 63 / 04 71 00 82 65