La vie de nos villes et villages n’est pas froide et lisse ce printemps, elle pulse et aspire à une nouvelle dynamique.

Des associations et collectifs foisonnent en ce début d’année, alertant les élus sur les enjeux sociétaux et environnementaux, n’hésitant pas porter leur parole dans des confrontations, des conférences-débats… Personne ne devient  expert du jour au lendemain dans tous les domaines d’intervention d’une commune, mais les élus peuvent s’entourer, se faire conseiller, et accepter de changer leur façon de voir le monde ;  car on ne peut résoudre un problème avec le même mode de pensée qui a généré le problème*. Oui, on demande aux élus de se transformer eux mêmes pour mieux servir le collectif. 

Une autre grande leçon nous est donnée par la pandémie du Covid-19. Nous entrons dans des eaux inconnues… mais un fait positif m’a frappée : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les états privilégient la santé des peuples, faisant passer leur économie au deuxième plan. 

Changeons d’échelle. Prendre d’abord l’humain en considération c’est aussi la philosophie de ces entreprises qui, même de taille modeste, s’engagent dans la démarche RSO (lire notre article Responsabilité sociétale page 10). En reconnaissant le rôle de chacun et en instaurant une culture de dialogue, elles constatent que des solutions innovantes émergent.

Prendre soin de la vie – qu’il s’agisse de la population mondiale, du bien-être de salariés ou de la biodiversité –  semble être le message de cette année 2020.