– Comment ? Vous cherchez une grotte ? Ici ? A Loudes ??? Ha ben, je connais pas… leur a répondu le passant auquel ils demandaient leur chemin. Sur leur GPS, ils avaient écrit Loudes au lieu de Lourdes et ils se sont donc retrouvés en Haute-Loire ; une simple lettre omise, un « r » en vacances, leur a fait prendre le massif central pour les contreforts des Pyrénées…  

On ne connait pas la suite de leur périple… Un miracle que la cité mariale soit à seulement 10 km ! Par ailleurs, il y a de fortes probabilités que cette route de traverse ne devienne finalement l’élément le plus marquant de leur voyage,que la non-grotte de Loudes supplante dans leurs souvenirs la très médiatique grotte de Lourdes, que cet inattendu soit le clou de leur excursion. Et ça nous fait sourire.

 

L’inattendu n’aura pas le même goût pour les habitants des Kiribati, et certainement pas celui d’un « r » de vacances. Les Ki(r)ibati vont être détruits. J’ai appris que ceux qui y sont nés et présumaient y finir tranquillement leurs jours vont tout abandonner, perdre leurs racines, laisser leurs morts, pour migrer sur des terres plus sûres avant que leurpays ne soit englouti sous la montée des eaux. Et ça, en effet, ce n’est pas le genre d’imprévu qui met en joie.

Ça se passe au milieu de l’océan pacifique, quasiment de l’autre côté de la terre, mais ce pourrait être chez nous : les Kiribati ou Loudes, c’est la même terre. Les habitants des Kiribati sont comme nos colocataires, ni plus ni moinsresponsables que nous du réchauffement climatique. 

 

Alors qu’est-ce qu’on peut faire ? Des barrages contre le Pacifique? D’aucuns s’y sont essayés. A Strada, on préfèredes solutions plus simples, à notre portée : le co-voiturage, par exemple. Il évite d’envoyer plus de CO2 dans l’atmosphère et semble raccourcir les temps de trajet tout comme la distance entre les gens, raconte Sam page 8. Dans Escapad’art, Véronique décrit comment la co-création fait émerger de l’inconnu des réalisations qui dépassent la simple juxtaposition d’idées personnelles. Ça nous rappelle aussi que le bon sens veut qu’on arrive toujours mieux et plus vite à bâtir des trucs à plusieurs que tout seul, que le tout fait plus que la somme des parties, que 1 +1 peuvent faire 3, et plus encore…

 

A lire : Paradis (avant liquidation), par Julien Blanc-Gras, Au Diable Vauvert.