/ La preuve par l’absurde

Comment peut-on considérer comme un exploit technologique le Solar Impulse de Bertrand Piccard, cet avion aussi grand qu’un Airbus, mais qui ne vole qu’à 60 km/h avec une seule personne à bord alors qu’il mobilise 100 millions d’euros et 9 ans de développement ? Equipé de cellules photovoltaïques disponibles sur le marché, cet avion ne dépasse pas les performances du Solar One, l’avion à propulsion solaire autofinancé, piloté par un inconnu, Ken Stuwart, qui réussit un vol le 13 juin 1979. A cela, on me rétorquera que les gens ont besoin de rêver… à un vol très sage à 60 km/h ? Je préfère définitivement l’efficience de mon scooter électrique, qui roule à 80 km/h, alimenté par des panneaux solaires garantis 20 ans.

 

La recherche / L’aventurier Alain Hubert annonce qu’une de ses tentatives de traversée du pôle nord à pied a été remise en cause en raison des changements climatiques. Il décide de lever 21 millions d’euros pour promouvoir l’habitat autonome dans des conditions extrêmes et mener des recherches. Un projet zéro émission (sans compter le transport en antarctique, très impactant) pour apporter quelques données techniques de plus à ce que l’on sait déjà : les zones polaires subissent les effets du changement climatique et il est temps de changer nos comportements. Mais qui se soucie de l’habitat qui concerne le plus grand nombre ? A quand un logement social sans facture ?

 

La mobilité / Le patron de Renault l’avait dit : si l’Etat ne met pas la main à la poche, PSA ne développera pas le véhicule électrique. Il existe des voitures électriques en France car l’Etat finance les industriels du secteur. 2 ans plus tard, la Twizzy fait son apparition. Vu la configuration du véhicule, autant rouler en scooter électrique, nettement moins cher, plus performant et surtout plus efficace. Avec son empâtement large, La Twizzy reste bloquée dans la circulation. Pour ce qui est des autres véhicules électriques existants, tant que les constructeurs automobiles utiliseront leurs bases lourdes et énergivores, les véhicules électriques ne seront pas attirants et les batteries nécessaires pour faire avancer une tonne et demie resteront coûteuses.

 

L’univers / Régulièrement nous recevons des nouvelles de l’espace. Elles ne nous aident pas à améliorer notre condition terrestre et à assurer notre survie sur notre unique vaisseau, la Terre, que ne nous ne respectons pas. Cependant, la croyance pousse les scientifiques à nous vendre une seconde planète à coloniser. Des millions de dollars dépensés à faire rêver les gens à une nouvelle colonie pour très nantis ? La Nasa va-t-elle enfin nous apprendre à vivre sur terre ?

 

Le commerce / Par définition, le commerce est l’activité humaine la plus répandue et malheureusement la plus vitale. Que dire alors du commerce équitable dernièrement accaparé par les grandes surfaces ?  Les bananes bios payées en dispensaires et projets de développement, on connaît, mais le commerce de proximité offrant des produits locaux produits « proprement » ne serait-il pas équitable aussi ?

 

La consommation et l’économie / Notre économie est basée sur une consommation que l’on veut perpétuelle dans un monde fini. Ce concept ne peut  fonctionner qu’au détriment de 80% des habitants de la planète et au profit d’une minorité « accumulatrice ». Les autorités s’empêtrent dans un double discours : il faut consommer pour soutenir l’économie, mais il faut économiser pour réduire l’impact sur le milieu… L’économie est le mot le plus utilisé à contre-sens.

 

On nous cache tout, on nous dit rien chantait Jacques Dutronc en… 1967.  En 2012, sommes-nous mieux informés malgré la multiplication des outils de communication ? Si Strada publie ceci pourquoi est-ce l’un des rares média à le faire ?