Le cholestérol, du bon comme du mauvais

 

D’abord, rappelons que le cholestérol est indispensable à l’organisme. Constituant essentiel de la bile, il est nécessaire à la formation de la vitamine D, à celle des hormones de la reproduction et à l’entretien des parois cellulaires.

Fabriqué aux 2/3 par le foie et apporté pour 1/3 par l’alimentation, ce corps gras a besoin de lipoprotéines pour son transport dans le sang. Les HDL récupèrent le cholestérol accumulé sur les parois des artères et le ramènent vers le foie où il sera éliminé. On dit alors que c’est le «bon» cholestérol.

Les LDL acheminent le cholestérol vers les cellules, l’excès se colle à l’intérieur des parois artérielles, formant des dépots qui durcissent, rétrécissent le diamètre des artères. Ces plaques d’athérome sont à l’origine des pathologies cardiovasculaires : c’est le «mauvais» cholestérol.

 

 

En priorité, je conseille d’améliorer l’alimentation. 

L’excès de cholestérol peut être d’origine génétique ou du à des facteurs hormonaux comme des troubles de la thyroïde, le diabète, certaines pilules contraceptives… Mais la plupart du temps, c’est une hygiène de vie inadaptée qui en est la cause. Que peut on faire ?

1 – REDUIRE certaines consommations nocives

– Réduire la consommation de graisses saturées ; celles d’origine animale (viande, charcuterie, jaune d’oeuf, produits laitiers…) et aussi d’origine végétale comme l’huile de palme, la noix de coco…

–  Modérer la consommation de sucres

–  Bannir les produits industriels riches en acides gras trans : c’est à dire les gateaux industriels, les pâtes toutes preêtes, les plats préparés surgelés, les nuggets…

–  Réduire les fritures

2 -PREFERER des produits aux effets positifs

–  Consommer plus de produits d’origine végétale comme les légumes, fruits, céréales complètes. Croquez des pommes ! Leur richesse en fibres à un effet positif sur le cholestérol. Recherchez la vitamine C naturelle et le bétacarotène en consommant des fruits et des légumes orangés.

–  Mangez des poissons gras riches en oméga 3 (harengs, sardins, maquereaux, saumon, thon).

–  Les huiles végétales sont également riches en acides gras insaturés. Faites vous plaisir, alternez huile de colza et huile de lin, tournesol, noix, germe de blé, sans oublier l’ huile d’olive qui supporte le mieux la cuisson. Choisissez les d’origine biologique, vierges, de 1ère pression à froid (cela garantit l‘absence de raffinage qui les dénaturerait).

–  Cuisinez à l’étouffée, à la vapeur, en papillotes.

–  Une consommation régulière et modérée d’alcool est recommandée : 2 verres de vin par jour suffisent.

 

Mes solutions naturelles

Bon nombre de plantes prises en infusion, gélules ou extraits hydroalcooliques améliorent la santé cardiovasculaire : artichaud, bouleau, aubier de tilleul sauvage, olivier, chrysanthellum, ail, thé vert et noir (qualité bio recommandée).

Je vous conseille également des macérats glycérinés de bourgeons d’aubépine, d’aulne glutineux, de bouleau blanc, d’olivier.

En complément alimentaire, la levure de riz rouge (il s’agit en fait de levure rouge de riz), et l’huile de son de riz donnent des résultats intéressants sur les taux sanguins de cholestérol.

Pensez également à la spiruline (la célèbre algue bleue) riche en acides gras essentiels et en fibres, et au shiitaké, ce champignon que que l’on trouve à l’état frais sur certains marchés mais que l’on peut aussi prendre séché ou en gélules.

Enfin, il est indispensable d’ajouter à ces solutions naturelles une diminution du tabagisme et de la sédentarité !

C’est le moment de prendre de bonnes habitudes alimentaires et d’hygiène de vie, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année.