Installé dans une jolie petite maison qu’il retape sur les hauteurs de Saint julien Chapteuil ,depuis juin 2010 il entend des bruits bizarres qui le gène dans sa vie, jusqu’à lui créer une impossibilité de dormir plusieurs jours par semaine. Il cherche l’origine de ce son grave, répétitif qui le conduit au parc éolien de Freycenet. Lui qui était pro-éolien, se retrouve aujourd’hui à bout de force à cause de ces sons de basses dont il est une des rares personnes à avoir la capacité auditive pour les percevoir jusqu’à 20 km. Son cas est-il trop isolé pour être pris en considération ? A la préfecture de Haute Loire, à la DDT, à l’agence régionale de santé, si on l’a écouté, aucune mesure concrête n’a été prise pour réfléchir avec les exploitants du site de production d’énergie éolienne à une solution pour stopper ces nuisances.
Le journal d’Hubert permet pourtant de vérifier à l’heure près quand le bruit devient insupportable, et donc de faire des corrélations avec une puissance, le sens du vent, que sais-je…

voici des extraits de son journal. Pour les lire, cliquez sur les trois petits points qui suivent

Eoliennes de Freycenet (43) : relevé des nuisances de juin 2010 à octobre 2011…

Dimanche 11 juillet 2010
« Je ne dors pas (encore ce bruit).Cette nuit-là, je décide d’identifier la source de ce bruit qui m’empêche de dormir et qui est extrêmement irritant. Je n’ai jamais entendu ça de toute ma vie, c’est très spécial, ça « rentre dans la tête ». On dirait que « l’air vibre », qu’il y a une « pression dans l’air ». Je pense à une ventilation, un truc électrique qui tournerait, mais très puissant. Je sors donc à pied explorer mon petit hameau, à la recherche d’une maison avec un bloc d’air conditionné qui serait à l’extérieur. Rien. Je prends alors la voiture pour aller à St Julien-Chapteuil : une usine, peut-être ? que j’irai voir lundi pour leur dire que leur truc fait un bruit insupportable. Dans la nuit, qui est claire, je fais le tour complet de tous les bâtiments, à la recherche d’un bloc de ventilation, d’un truc de ce genre. Le bruit est partout mais ne vient d’aucun bâtiment en particulier. Je m’aperçois vite, que DANS la voiture, la vibration est beaucoup plus forte que dehors. Je me mets alors à « pister » le bruit en me fiant au bruit dans la voiture arrêtée, moteur éteint. Mais j’entends aussi très bien ce bruit de dehors, c’est incroyable. Ça commence à me paraître complètement dingue, ce truc.(..) je prends une route que je n’ai pas encore essayée : la petite route qui va à la Pradette. Le bruit est très fort je ne comprends pas: il n’y a RIEN par là, c’est pas possible.
C’est sur cette route que j’ai trouvé. J’étais sorti une fois de plus de la voiture, dans le « silence » de la nuit, silence rempli de ce bruit incroyable. J’ai regardé dans la direction d’où semblait venir le bruit. Jamais il n’avait été aussi fort. Quand j’ai compris, je me suis dit que je n’avais pas fini de ne pas dormir. Car là, derrière Bigorre, il y a ces grandes éoliennes qu’ils ont installées récemment.
Je suis rentré chez moi le moral dans les chaussettes : car comment lutter contre ces machines énormes ?
Et j’ai commencé à noter plus régulièrement sur mon calepin les moments où ces vibrations m’empêchaient de m’endormir, ou me réveillaient, ou m’énervaient pendant la journée.
Nuit du vendredi 13 au samedi 14 août 2010
Puis : « Je ne dors pas. Le bruit est intenable. Je me lève à 06h30. Pas fermé l’oeil. Je ne peux pas continuer comme ça.
Du mercredi 25 août au vendredi 3 septembre, je ne suis pas chez moi. Je suis dans l’Aveyron. Aucun « bruit d’éolienne » là-bas. Je dors toutes les nuits. Quel soulagement !
Du dimanche 05 au lundi 06 septembre 2010
« Bruit très fort : pas dormi, pas couché. »
Je vais quand même à Clermont (boulot, c’est la rentrée, je reprends le travail).
Mercredi 15 septembre 2010
J’ai pris RV médecin à cause problème de sommeil dû aux éoliennes. Je ne peux pas continuer comme ça. Il me prescrit des cachets. J’achète aussi des bouchons en mousse à la pharmacie
Nuit du samedi 23 au dimanche 24 octobre 2010
« Bruit. Petit arrêt vers 02/03 h (du matin). Reprise après. »
Lundi 25 octobre, l’ostéopathe tente un massage de la tête (pour les éoliennes). Je passe aussi chez le médecin pour prendre un mot de sa part pour l’ORL que je vais aller voir jeudi.
Jeudi 28 octobre : docteur M., ORL au Puy. Tests auditifs. Il me dit : « Vous avez d’excellentes oreilles, on paierait pour en avoir des comme ça à votre âge. » Et il écrit simplement : « RAS » pour mes oreilles. Et c’est tout ? Oui, c’est tout.
Nuit du mercredi 03 au jeudi 04 novembre 2010
« Ce soir : éoliennes infernales. A 23h25 : encore plus fort. Je ne peux pas dormir. Me relève. Nuit blanche. Le matin : « Bruit INSUPPORTABLE Et l’après-midi : « Bruit : je vais devenir FOU. »
Mercredi 22 décembre 2010
Vers 20h, j’appelle mon pote Suisse, je devais aller passer Noël chez eux. Je n’y vais pas. Je ne veux pas rouler dans cet état. Je commence à accumuler un manque de sommeil inquiétant, de fond.
dimanche 16 janvier 2011
« Couché 05h du matin dimanche, levé 15h44. » « Le bruit est là ». Une amie passe me voir. Elle me dit que chez moi, dans la maison, elle « ressent comme une pression de l’air ». Elle décrit le phénomène dans les mêmes termes que moi au début.
Nuit du jeudi 03 mars au vendredi 04 mars 2011
« Je suis debout. Trop de bruit. Nuit blanche.
« Wouf….Wouf…..Wouf…. Ce n’est pas un bruit. C’est plutôt des coups de pression acoustique, réguliers et modulés à la fois. Ce son a des hyper basses, il est insidieux, insistant, exaspérant. Quant aux MMMM…….MMMMMMM….MMM… etc. », ce bruit-là est pour moi aussi fort que des coups de cornes de brume ou de sirène de bateau, de vrais beuglements qui me rendent carrément « fou ». Tous ces bruits pénètrent à tour de rôle partout dans la maison, passent à travers tout et font mal dans la tête. Ils ne vous lâchent pas. L’impression d’être «envahi » est terrible. Quand il y a un vide à la télé, les « MMMM….MMMMMM…. » me surprennent et ça me fait un « coup au coeur ». Il est maintenant 03 heures du matin,je n’ose pas éteindre la télé et aller me coucher. Dans le silence, ce bruit est pire. Impossible d’y échapper.

Jeudi 14 avril 2011
Je suis allé chez Audika me faire faire des empreintes des oreilles pour les bouchons qu’une amie audioprothésiste va me faire. Le professeur Dumon, de Béziers, qu’elle a appelé pour moi, lui a dit qu’il connaissait le problème des basses fréquences émises par les éoliennes et qu’il n’y avait pas grand-chose à faire, mais qu’on pouvait toujours essayer les bouchons.

Nuit du dimanche 01 au lundi 02 mai :
« A 03h05 du matin, ça commence : MMMMMM……MMMMMMM….MMMM…. etc. » « Les bouchons n’arrêtent pas le bruit. »

Lundi 16 mai 2011
De midi à 14 heures, bruit très fort. Je note : « Ça fait MAL dans la tête! » Je ne peux pas me concentrer , je ne peux pas travailler, je ne fais rien.

Nuit du mercredi 29 au jeudi 30 juin
J’essaye de ne pas devenir fou. Mais je m’aperçois que je serais incapable en ce moment de simplement lire. Impossible de me concentrer. Le bruit est là, partout.
Il vient me chercher, envahit tout l’espace. Mon espace. Est-ce bien normal ? légal, je veux dire ?
Quatre jours + nuits de suite : Je suis fatigué, ces éoliennes me tuent.

En juillet, la nuit, j’ai pu dormir 23 nuits. Un record depuis juin 2010.
Ils ont peut-être changé quelque chose ? Ils s’en sont aperçus des nuisances sonores de leurs éoliennes ? De toute façon, même comme en juillet, c’est pas tenable. Une nuit sur 3 à pas dormir ? Au hasard ? Sans compter les matins, les jours, avec ce bruit dangereux et entêté ?

Le phénomène a été étudié et reconnu par un tas de scientifiques, de médecins, à travers le monde. Un tas de gens vivent ce que je vis, en France et dans d’autres pays. Ils témoignent de leurs vies foutues. Mais on est minoritaires. Eparpillés. Jamais assez nombreux au même endroit. La loi est celle de la majorité, la grosse moyenne des gens qui n’entendent pas.

Tous les jours j’ai sous les yeux ce coin magnifique où j’habite. INTERDIT désormais par des éoliennes. Ce monde est complètement fou.

Faut que je parle aux gens qui font fonctionner ces éoliennes. J’ai fini par trouver, sur Internet, qu’il s’agissait d’EDF Energies Nouvelles. Service public ?… Bonjour l’info à EDF Le Puy-en-Velay, je les avais appelés le 25 mai. ‘C’est pas EDF…’, qu’ils m’avaient dit. »

Jeudi 22 (sept.), nuit à Brives : Un espoir s’envole : celui de trouver un endroit pour dormir dans un rayon de 20 kilomètres autour de chez moi : pas possible, ces machines arrosent TOUT le pays.

Dimanche 02 octobre : le cauchemar a repris. je suis désespéré, comme chaque fois que ça reprend après une période de silence.

02 novembre 2011
Je m’effondre. Je suis désormais incapable de travailler. Depuis un moment, des taches noires apparaissent dans mon champ de vision. De plus en plus souvent, je perds l’équilibre dans mon escalier. Depuis quelques temps, les vibrations me font physiquement mal à l’oreille.
Si ce sont des infra sons, alors ce sont des ondes de mort et elles arrosent tout le pays. Et si ce ne sont pas des infra sons, ça ne change rien pour moi : des ondes d’éoliennes, quelles qu’elles soient, me détruisent à petit feu depuis 15 mois maintenant. Qui détruisent-elles d’autres et depuis combien de temps ? Quels êtres humains, y compris ceux qui « n’entendent pas » ? Quels animaux ?
Ces éoliennes géantes sont de la FOLIE.