Vous voulez une maison bien isolée. Alors vous avez soigné le choix des matériaux et leur mise en oeuvre. Le hic ? c’est qu’on ne pense jamais assez à vérifier l’étanchéité à l’air. Elle serait responsable d’une augmentation des besoins de chauffage de 5 à 20 kWh/m2/an quand une maison très bien isolée consomme 50 kWh/m2/an, et une mal isolée 250, ou plus. C’est pas une paille. Une fente d’une dimension à peine supérieure à la taille d’une carte de crédit suffirait à ruiner vos efforts d’isolation. Et qu’en est-il des infiltrations dans des trous de la dimension d’une paille ?

Pour le savoir, il faut passer par le test de la blower door, en langage de chez nous porte soufflante. Pour lire la suite de l’article, cliquer sur les trois points ci-après

Comment ça se passe ?

il faut d’abord fermer toutes les ouvertures donnant vers l’extérieur, arrêter les systèmes de chauffage, et calfeutrer tous les orifices volontaires tels que grilles de ventilations, arrivées d’eau sanitaire, etc…  Ensuite on pose une bâche en nylon équipée d’un ventilateur à la place de votre porte d’entrée.. et là, on aspire l’air du bâtiment pour atteindre une dépression de 50 Pa à l’intérieur. C’est comme si un vent d’environ 32 km soufflait sur toutes les façades de la maison.

Un manomêtre mesure la progression de la différence de pression entre l’intérieur et l’exterieur, ce qui permet de connaitre le débit de fuite.

Mais où se trouvent ces fuites ?

Chez Audit Construction, diagnostiqueur qui a investi dans ce matériel de test, c’est en observant comment se comporte une fumée artificielle  ( la même que dans les boites de nuit ) que l’on repére les endroits perméables à l’air.

Et comment les éviter ?

En phase de construction, on fera appel au test d’infiltrométrie deux fois :

D’abord quand la maison est hors d’eau hors d’air, juste avant la pose de doublage et de revêtement. Ainsi on vérifiera la bonne installation des menuiseries extérieures et les liaisons mur /dalle . Puis on refera ce test en fin de chantier et, si tout est OK, alors votre bien immmobilier sera éligible au label effinergie. intéressant pour votre confort,  mais aussi pour les incitations financières et fiscales qui vont avec.

Avant d’entreprendre une rénovation, ce test qui coûte environ 400 E, vous donnera de bonnes pistes d’orientation de vos travaux.

ÉCHÉANCE  :

Aujourd’hui ce test est surtout utilisé sur des maisons basse consommation en vue d’obtenir le label effinergie. Ce label impose une consommation maximum de 50 kWh/m2 et par an pour une maison neuve et 80kWh/m2/an pour l’habitat ancien.

En janvier 2013 la réglementation thermique prévoit que toutes les constructions neuves devront présenter une consommation d’énergie primaire (avant transformation et transport) inférieure à 50 kWh/m²/an

On vous donne un truc :

Il faut installer ses tableaux électriques à l’intérieur de la maison parce que chaque passage de gaine venant de l’extérieur de la partie habitée engendre des déperditions d’air !

JA

Avec le concours de JN Charentus / Audit Construction.