NOS EDITOS

Le 13 septembre 2010

Le mieux est l’ennemi du bien ou l’éloge de la paresse

Vous êtes-vous déjà demandé si vous n’en faisiez pas un peu trop ? si vous ne vous efforciez pas inutilement d’optimiser le réglage de cette chaudière, si ça valait bien la peine de changer une fois de plus les meubles de place, ou si vous ne perdiez pas trop d’énergie à encore argumenter pour bien vous faire comprendre ?

Sans être perfectionniste, je me rends compte que je me noie dans un verre d’eau parfois. A force de trop chercher la p’tite bête on peut en devenir une pour notre entourage : une grosse, une noire, une pénible… pour ne pas dire une ch…

Pour les pointilleux, les trop sérieux : « le mieux est l’ennemi du bien ». Peut-être qu’on pourrait s’appliquer à faire moins ?

Ou plutôt, et je crois que cela s’applique à tous : il faudrait pouvoir s’arrêter à temps. Comme un peintre qui lâche son pinceau, acceptant que cette toile-là soit finie. Se dire « stop » avant d’en faire trop.

Renoir disait « il faut savoir mettre une toile de côté et la laisser reposer. Il faut savoir flâner. »Il n’était pas connu pour être paresseux le père Renoir ! mais il savait se mettre en stand-by, et ça donnait les oeuvres que l’on connait. Comme si le fait de nous arrêter nous reliait à nouveau à notre source intérieure, à l’inspiration et à la justesse… libéré de l’inquiétude de bien faire.

Au programme de la rentrée : copier Renoir ! pas devenir peintre, mais apprendre comme lui à se donner du temps… Une demi journée par semaine ou cinq petites minutes par jour, qu’importe ! qui veut gravir une montagne commence par le bas.

automne 2010

Commentaires

  • Marie Thérèse

    merci de votre sympathique message qui « requinque » !
    amicalement

  • Xavier

    bravo !
    j’imagine que la sortie d’un nouveau numéro est à chaque fois un tour de force.

  • Emmanuel

    A propos de l’édito

    merci pour ces incitations !
    Amicalement

  • Paul

    bonjour
    très bien l’édito
    je devrais me l’appliquer à moi même

    STRADA
    ben c’est un peu pour ça qu’on écrit…

  • PAR FAIM DU TERROIR

    Bonjour.

    J’ai découvert votre magasine il y a 3 mois et j’adore.
    Je viens d’ouvrir un commerce de vente de produits du terroir (Loire, Haute-Loire) sur catalogue et je suis à l’écoute de toutes les nouveautés en matière de développement durable. Je suis très attachée à mon département et votre magazine regroupe tout ça à la perfection ! De nombreuses personnes de passage chez nous le lisent à la sauvette et le trouvent vraiment bien.

    Encore bravo et continuez comme ça surtout.

    Agnès CUNCHON
    PAR FAIM DU TERROIR
    http://www.parfaimduterroir.com

  • gerard

    bonsoir
    je veux bien interrompre mon boulot quelques minutes, au moins le temps d’envoyer une bise, contact bien humain et chaleureux envoyé (dommage) par les techniques ultramodernes de ce cher internet.. bip, bip,..on vit dans un monde déshumanisé!

    sinon, j’aime bien lire tes états d’âmes, tes « poussées philosophiques » qui résument la nécessité impérieuse de prendre le temps de vivre, histoire de savourer les instants perdus et volés à la barbe de la furie d’un monde qui tourne trop vite et me met personnellement le vertige.

  • Hubert

    Il est super, ton éditorial, je suis épaté.
    Pourtant, je devrais pas, être épaté, parce que, à chaque fois, ils sont « spéciaux », ils font mouche.
    Mais comment tu fais ?
    En fait, tu « fais » pas, tu ES !
    Et ça, c’est infini, non ?

  • GEORGES

    SYMPA l’édito

  • Jean Nicolas

    à propos de l’édito

    encore faudrait il apprivoiser, apprendre à rencontrer et éventuellement connaitre ce qui peut prendre l’apparence du néant, et qui peut n’être finalement que le chantier des choix et intentions abandonnés de sa conscience … et ça peut foutre carrement les boules !

    réponse STRADA

  • Karine

    j’adore et j’adhère…
    comme d’habitude 🙂

  • Jacques

    Bonjour,
    Merci pour le petit message.

    J’ai déjà eu l’occasion de feuilleter le nouveau numéro, toujours aussi passionnant.

    Le temps est un élément essentiel pour un comptable confronté en permanence aux impératifs de dates à respecter. Il lui est donc difficile de penser à Renoir même si je prend le temps de vous adresser ce petit mail !!!

    réponse STRADA
    et ben voilà, c’est un début, vous avez pris 3 minutes pour écrire ce mail.
    Passons à l’exercice suivant :
    prendre 3 minutes pour … ne rien faire.
    ( heu… c’est ptetre pas à tester pendant les heures de bureau… )

  • Muriel

    super l’édito du dernier N°, c’est fou ce que ça parle!…

  • Valérie

    « Le perfectionnisme est l’ennemi de la création, comme la sollicitude extrême envers soi-même est l’ennemie du bien-être. » Anonyme

    J’aime le désordre, les accents et les néologismes de la langue française, le détail insolite qui retient le regard, le silence qui dit tout, les rides de cette grand-mère, la cicatrice sur mon visage … J’aime toutes ces petites aspérités qui me permettent de créer une belle harmonie dans ma vie sans qu’elle soit trop lisse. Essayez !

  • guy

    Bonjour ,est ce que les fées sont apparues au détour d’un chemin…..,puissent-elles vous acompagner dans la quéte utopique…amitiées.

  • Jacques Trillot

    Bonjour,
    Je « fauche  » des exemplaires de votre magazine à gauche et à droite pour les mettre à disposition dans mon gîte (Estaou Treillo).
    Mais pour faire plus honnête, j’ai mis un lien vers votre site sur le mien….
    (http://estaoutreillo.free.fr/#liensconseils.html);
    Il n’y a pas de raison de ne pas en faire profiter nos visiteurs !
    Bonne continuation.

  • Philippe

    j’ai pris connaissance de STRADA et son éthique m’interpelle à tous les titres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *