Déviance positive 

On pourrait parler de déviance positive, d’inclinaison heureuse. Oui, je sais : je suis une incorrigible positiviste ! Pas innocente ni naïve, mais j’aime voir le bon côté de chaque chose. Et là, je vois avec grand plaisir que le pari de STRADA La vie d’ici est réussi ! Au lieu de garder jalousement votre magazine rien que pour vous, vous adhérez au concept de mutualisation et vous le faites circuler autour de vous ! Bingo ! Grâce à vous, à vos envies de partage et à vos visites sur le site www.strada-dici.com, l’aventure continue. La route est belle et pourvu qu’elle soit longue… 

Une autre bonne nouvelle, dans un autre registre :

Interrogés l’hiver dernier après les fêtes, 68% des français jugent trop sophistiqués les produits qu’on leur propose.. ( IFOP fev 2009 ) et bien ça alors ! A cette époque de fin d’année, avec sa cohorte de repas plantureux et de cadeaux à tout va, voilà qu’on pourrait penser le monde différemment ? Ignorer le dernier gadget, renoncer à la course à l’équipement ? Moins désirer le superflu ? et se rappeler qu’une fois les besoins vitaux satisfaits, le bonheur n’est pas proportionnel au niveau de revenus…

A la nouvelle année, on a coutume de se souhaiter les meilleurs vœux, une formule toute simple et chaleureuse, mais qui peut perdre de son sens dans la banalisation. Cette année, jouons un peu à  « on dirait que  » : on dirait que ce qu’on demande se réalise en vrai. Alors, que voulez-vous que l’on vous souhaite ? allez ! soyez encore plus précis, que désirez-vous vraiment ? tout au fond de vous ? dites-le ! au moins à vous-même, on ne sait jamais…

Joëlle ANDREYS – hiver 2009/2010 

 

Vos courriers  

16 mars :  Sûr, le printemps arrive à grand pas, Terrible fut l’hiver, Ras le bol de la neige et de ses frimas. A bien y réfléchir, quelques feuilles tombent encore, ce n’est pas l’automne, mais l’annonce de la sortie du nouveau Strada, D’avance, nous gazouillons d’impatience quand à son imminente lecture.A bientôt donc. Bertrand

21 janvier : Je me permets de vous faire une remarque ampélographique au sujet du CHATUS, cépage typique de l’Ardèche.Page 5 du numéro de décembre, vous notez en caractères gras,…le CHATUS, autrefois interdit…Non ce vitis vinifera, probablement d’origine romaine, mentionné par Olivier de Serres dans son livre Théâtre d’Agriculture, n’a jamais fait l’objet d’une quelconque interdiction. C’est un cépage noble qui a connu un temps de mépris immérité.La cave de Rosières (07) encourage depuis quelques années la résurrection de ce plan pour son vin à l’arôme de pruneau confit et pomme cuite. Cultivé en hautains, les sols pauvres de la région de Largentière, Rosières, Ribes et Vernon lui conviennent. Sa diffusion sur la proche Lozère, la Drôme et l’Isère n’a pas véritablement développé sa culture. Il se plaît dans son territoire d’origine. Trop rare, il est difficile de se procurer son vin haut en couleur, plaisant pour les montagnards, excellent pour accompagner les châtaignes. Dans cette région, les cépages américains ont été interdits durant de longues années. D’où probablement la confusion. Le Chatus offre au moins la garantie « sans OGM ». Jean PESTRE

8 janvier : Grand merci de m’avoir répondu, j’ai ainsi mis le site en favoris, et surtout merci de nous avoir fait porter des brochures au Multiservices de St Etienne Lardeyrol. Nous avons fait un affichage pour attirer l’attention de nos clients sur cette nouvelle offre, et la possibilité pour eux de le rapporter après lecture, ce qu’ils commencent à faire. La prochaine étape sera peut-être de les inciter à vous proposer des articles s’ils pensent avoir des choses à vous apporter, et si vous le désirez.
Cette énergie de partage, ça c’est un bon début d’année !! Isabelle du Multiservices de St Etienne Lardeyrol

16 décembre : Bravo ! Bonne continuation !

14 décembre :Merci Joëlle pour votre témoignage d’une pensée constructive détonnant dans ce monde où le discours des oiseaux de malheurs occupe le haut du pavé des médias. Je dis souvent en tant que thérapeute à mes patients que nous allons vers ce que nous regardons. Le succès de votre démarche le prouve. En effet il semble bien que le monde fasse des prises de consciences nouvelles pour mieux discerner la dimension essentielle du partage dans une simplicité plus naturelle de la vie si l’on veut qu’elle continue ici bas, offrant une place pour chacun. Merci aussi pour vos voeux qui nous engagent enfin à croire en nos désirs et à avoir confiance dans les cadeaux de la vie. En effet, suite à votre édito, je m’engage à croire qu’il va m’arriver ce que je me souhaite ! Et je vous retourne cette bonne pensée ! Alain

14 décembre : HEP ! Je viens de lire le numéro de décembre de STRADA La vie d’ici. Alors, encore (je me demande si je ne l’ai pas déjà fait par le passé) quelques mots de soutien. Mes activités m’avaient montré que cela ne faisait jamais de mal.
Strada, plaisir du titre… Plaisir de sentir d’autres pas, plus agiles et déterminés, sur le même chemin. L’esprit HEP ( Humaniste, un brin Ecolo et toujours Positif ) : c’est bien de mettre un mot sur un syndrome complexe. J’avais appris que nommer c’était aussi apaiser. Comme les entités même définies par leurs propres concepteurs n’excluent pas les variantes ou mutations (en les espérant non dégénérescentes), je me nuancerai comme HEPS à cause d’un Scepticisme exacerbé par l’usage. Ce S me permet aussi de Sourire à ce que je considère dans vos pages comme des dérives prêtant le flanc à la caricature par les intolérants.
Continuez à assumer vos choix, comme discutables, et à échanger dans vos pages. Je les trouve parfois naïfs, insuffisamment fondés. Je les félicite d’être, me semble-t-il, honnêtement exprimés. Je suis heureux de voir mon scepticisme initial battu en brèche par votre pérennisation. Votre nécessaire soutien publicitaire n’a pas tourné, encore, à la compromission. Bravo. Je profite de ce message pour vous parler de la renaissance d’une animation plus que locale. Dans l’étymologie d’un terme trop banalisé les auteurs de Strada sauront retrouver l’âme « anima ». Depuis un an nous sommes quelques uns à souffler sur les cendres de « La Traversée Des Sucs » et avons ravivé une braise qui n’était peut-être plus qu’en nous. Bref, nous espérons refaire vibrer le pays des Sucs, entre Emblavez, Meygal, Mézenc et Gerbier au rythme des dérailleurs de VTT et réactiver l’empreinte au cœur des sportifs sans balafrer notre cher pays. Notre association s’est refondue: suivant nos principes, chacun vient comme il veut, apporte et prend ce qu’il veut, repart quand il veut. Vous y trouverez sans mal du HEP, intégré même dans nos statuts. Notre nouveau site web devrait éclore en janvier 2010 lors d’une amicale rencontre de presse. Nous espérons vous associer. Annie et Jean-Pierre

14 décembre : Pour faire suite à votre article sur les terrasses en bois, je vous envoie une photo de ma réalisation de mon dallage en bois « debout » qui a de multiples avantages : stockage du carbone, pas de réverbération en été, facile à faire soi même à partir de bois de chauffage par exemple, aspect agréable … JJ – qui termine la bio-construction de sa maison. 2 courrier JJ

14 décembre : Voilà un édito qui donne la pêche ! Vous vous êtes fait vacciner contre quoi pour arriver à ce resultat? (lol)
Plaisanteries mises à part, merci pour cette petite « dose » qui contraste tellement avec l’ambiance du moment.
Avec une légère avance, permettez moi 2 choses svp : de vous souhaiter ce qu’il y a de meilleurs pour vous, votre famille, vos proches, à l’occasion de ces fêtes de fin d’année, de souhaiter longue vie à Strada. Au plaisir de vous lire. Daniel

13 décembre : Bonjour la montagne ! je me dis plein de choses, je crois toujours au Père Noël, je suis un rêveur… alors souhaitez moi : des moments de bonheur…et des rêves en attendant…( )et vos rêves ? soyez plus précise ! Patrick

12 décembre : Tu as raison, au milieu de tout ce fatras déprimant, il est bon d’aller chercher la petite lueur d’amour et d’espoir qui tient bon au fond de nous. Merci à toi, et bonnes fêtes, Hélène

11 décembre : Merci pour votre message qui fait écho (…) Quant au vœu formulé en-dedans de soi, en Inde on le nomme Sankalpa – concentration qui s’intéresse à la force de la pensée et à son pouvoir de réalisation.Corinne

11 décembre : Quelle belle écriture, ça fait du bien de lire ces mots le matin de bonne heure ! Frédéric

10 décembre : Je découvre le numéro de décembre de strada: superbe la photo de une.
Rapport à l’écologie, vivement que tout le monde se mette à l’éolien et au
chauffage solaire: comme ça il me restera tout le mazout pour ma chaudière
et tout le pétrole pour mon 4X4!!! Signé: un vrai faut écologiste