LE LIERRE RAMPANT (Hedera helix, Araliacées)

Lierre rampant

Aimant les sols riches et l’humidité atmosphérique, le lierre pousse à l’état sauvage dans les forêts d’Europe et d’Asie. Le lierre est une plante
ligneuse, rampante ou grimpante. Grâce aux nombreux crampons de sa tige, il monte le long des troncs d’arbre à la recherche de la lumière. Il peut alors atteindre 30 m de haut. Mais on le trouve un peu partout… jusque dans nos maisons où il est cultivé comme plante d’intérieur. Il peut vivre
jusqu’à 400 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lierre a mauvaise réputation.

Pourtant il n’est pas une plante parasite, c’est même d’un point de vue écologique une plante très utile.
Tout d’abord, sachez que le lierre ne nuit pas à l’arbre (du moins tant que l’arbre est en bonne santé) qui lui sert uniquement de support. Toute sa
nourriture est fabriquée par sa propre photosynthèse.

Les feuilles sont luisantes et coriaces.

Elles sont découpées sur les tiges stériles, et sont entières et ovales sur les rameaux florifères. Persistantes, ses feuilles forment de grandes touffes de végétation qui protègent de l’hiver de nombreuses créatures animales.
Les fleurs jaune verdâtre disposées en ombelle simple sont très nectarifères et fleurissent de septembre à novembre. Elles offrent aux insectes pollinisateurs une source importante de nourriture avant la saison froide.
Les fruits globuleux sont noirs à maturité. Ils sont mortellement toxiques pour nous humains. Mais de nombreux oiseaux s’en
nourrissent pendant l’hiver, quand la nourriture est rare.

En plus d’être un véritable garde-manger pour la vie sauvage, le lierre était, dans de nombreuses civilisations, symbole de force et d’amour éternel. Le lierre rampant est souvent confondu avec le lierre terrestre (Glechoma hederacea, Labiacées). Pourtant ces deux plantes n’ont rien en commun… à part leur nom français.

Cueillette
Ce sont les feuilles découpées qui sont utilisées en pharmacie. Très fréquente, la plante peut être cueillie sans s’inquiéter de la survie de l’espèce. Le feuillage étant persistant, on ramasse les feuilles en toute saison. Retenez bien : la plante est médicinale mais pas comestible !

Propriétés médicinales
Par voie interne il est expectorant et antispasmodique et utilisé pour soigner les voies respiratoires (toux spasmodiques, bronchites, coqueluche
et asthme). Avant de l’utiliser en tisane je vous conseille de consulter un professionnel de santé. Par voie externe la plante est anti-inflammatoire, antirhumatismale et antinévralgique. On l’utilise principalement dans les douleurs (rhumatismes, sciatique, lumbago) et contre la cellulite.

Pour apprendre à cueillir et cuisiner les plantes sauvages
04 71 06 16 37 – plantessauvages43.over-blog.com