par ccpat….

 

 

 

Rock attitude, toujours et encore, pour cette nouvelle rencontre, avec ouverture découverte et passion ! La passion au cœur de la vie, de la vie d’une femme, et, cette fois-ci, au grand galop ! Suivons donc ce chemin : Pour lire la suite de l’article, cliquer sur les trois points suivants

 

La petite route serpente entre les vieilles maisons d’un hameau endormi, descend paresseusement vers un ruisseau affluent du Lignon qui coule au fond de la vallée, puis passe sur un pont de fortune, et va se perdre en face dans les collines boisées…

Niché auprès de l’eau, entouré de pâturages, se trouve l’ancien moulin à eau où vivent Claudine Grimaud et ses enfants, avec leur chat, leur chien …et leurs chevaux…

« Au bout du monde… »

Originaire de Dordogne, c’est à Paris où elle vivait adolescente avec ses parents qu’elle découvre l’équitation , grâce au dévouement d’une prof pour ses élèves , qui pendant deux ans les emmena monter à cheval tous les samedis…

Puis la vie passa, et ce n’est qu’ après la naissance de ses enfants que Claudine dut retrouver l’esprit de ses quinze ans pour passer ses cinq « galops »… C’est alors qu ‘elle voulut acquérir sa première monture, une « Comtoise », mais l’amie cavalière devant héberger l’animal refusant ce choix imposant, elle se tourna vers un drôle de petit cheval, qui depuis ne devait plus quitter sa vie, une histoire d’amour étant née….

Portant fièrement la même robe alezan, la même crinière et queue blanche, mais de taille plus réduite que son collègue de Franche Comté, le « Haflinger », cheval polyvalent (monte, attelage, bât…) de montagne, rustique et endurant, cousin du «Fjord » et du « Mérens » par sa morphologie et ses aptitudes, est issu du croisement au Tyrol à la fin du XIX e siècle d’une jument de montagne de race locale et d’un pur sang arabe.

« C’est un cheval très courageux au travail , bien adapté aux climats rigoureux, sociable, joueur et câlin, docile, se prêtant de bonne grâce à toutes les demandes….un vrai bonheur ! », et c’est précisément cette part de bonheur qu’a voulu faire partager Claudine en quittant la région lyonnaise pour venir s’installer en Haute-Loire et établir son modeste élevage…

« A la naissance, quand le poulain juste sur ses jambes produit de sa bouche ce petit bruit de succion si caractéristique, c’est magique ! » Voilà qui justifie le travail constant et quotidien d’entretien et d’élevage d’une dizaine d’équidés…en sus d’ un nécessaire emploi salarié …

Car la finalité de la vente des Haflinger nés à la ferme n’est pas la rentabilité, loin s’en faut, mais le partage de cette parcelle de bonheur avec les acquéreurs potentiels de ce sympathique animal : « Je discute longuement avec les acheteurs, je ne veux pas que mes chevaux partent sur un coup de tête pour finir abandonnés dans un pré quelconque… », d’autant que les Haflinger sont connus aussi pour leur longévité !

Adepte de la pratique, au dressage, de l’éthologie « raisonnée » (car parfois il est bon aussi que le cheval sache qui est le maître), elle dresse ses chevaux de manière douce, mais constante, par la socialisation et le jeu, bien plus favorables à l’équilibre du cheval que la manière « macho » encore trop souvent de mise aujourd’hui, cela pour des raisons de rentabilité au travail immédiate…

Récemment, Claudine s’est mise au « team penning », pratique de tri de bétail à cheval : « Ma jument adore ! après un petit temps d’adaptation, elle s’y est mise d’elle même, c’est un jeu qui l’éclate, elle qui aime jouer ! », car c’est vraiment cela le credo de cette grande jeune femme rousse, faire équipe avec sa monture et partager des moments intenses, en toute complicité….

Alors, passionnée Claudine ? Vous aurez peut-être l’occasion de le constater en louant son gîte au bord de l’eau, ou, pourquoi pas, en y allant chercher votre prochain compagnon de jeu, un Haflinger ?

—————————————————————————-

Pour contacter Claudine, son site personnel : www.moulin-degorre-auvergne.com

—————————————————————————-

Petit glossaire à l’usage du non initié !

galop : hormis l’une des trois allures du cheval (pas, trot, galop), diplômes sanctionnant une formation de cavalier.

Comtois (ou Maîchard)) : cheval symbole de la Franche Comté, le Comtois fut importé par les Burgondes au VIe siècle, et, de Louis XIV à Napoléon , présent sur tous les champs de bataille… Très endurant au travail et aux climats sévères, rustique, trapu et costaud (1,55 cm pour 600 kgs environ), il est utilisé pour le trait, l’attelage, le débardage…

Haflinger (ou  « Edelweiss ») : petit cheval autrichien (Tyrol) de montagne (1,50 m pour 450 kgs environ), au caractère doux et affectueux, autrefois très demandé dans l’agriculture, l’armée et le transport, capable de travailler de façon plus constante que des chevaux plus lourds en conditions extrêmes (froid, endurance, terrains difficiles), il convient particulièrement pour l’attelage et la monte en selle western ou anglaise…

éthologie : étude objective et scientifique de l’animal dans son milieu naturel (Konrad Lorentz) et, par extension, utilisée pour le dressage « doux » des animaux…

team penning : de l’américain « pen », l’enclos et « team », l’équipe, le team penning est une discipline équestre d’origine américaine consistant, pour une équipe de trois cavaliers, à sélectionner trois têtes de bétail dans un troupeau et à les mener dans un enclos..

…et à bientôt sur STRADA, la vie d’ici !

Mais avant de se quitter, quelques  à lire, voir, ou écouter !

Bouquin : si vous aimez les contes de Salman Rushdie ou Yachar Kémal, lisez « Le Siége de l’Eglise Saint Sauveur », de Goran Petrovic (édition du seuil, 2006), jeune auteur serbe. L’ histoire se déroule à la fois au XIIIe siècle et de nos jours, et, jouant avec la notion d’espace temps, le langage, l’histoire, les genres littéraires, l’auteur nous entraîne dans une étonnante oeuvre poétique…

BD : « Voyageur », de Pierre Boisserie, Eric Stalner, Juanjo Guardino (éditions Glénat – 2007) : de très beaux dessins pour cette BD française…et un scénario palpitant, très bien construit, mêlant passé, présent, futur, et une profonde réflexion « mine de rien » sur le devenir de nos sociétés, à travers un canevas classique sur le thème du voyage dans le Temps…. Tout public…

Musique : « Live Dead », de Grateful Dead (CD – 1969 – Warner Bros. Records Inc) : un des meilleurs disques de ce groupe américain, inventeur (avec d’autres…) de la musique psychédélique, de nouveau sur le devant de la scène avec les groupes modernes comme « Archive » ou « Beirut »… Se laisser emporter sur des morceaux longs qui permettent aux musiciens d’exprimer leur créativité, à la place de plages formatées à trois minutes, permet de savourer le temps tout en s’y perdant, fasciné par ce voyage, ce « trip »stellaire….à (re) découvrir.

Bouquin : « L’Héritage Spirituel des Indiens d’Amérique », de Joseph Epes Brown (éditions Le Mail – 1990) : peut-être pas le meilleur bouquin sur le sujet, mais il a le mérite d’exister. Sans doute serait-il judicieux de s’en inspirer, de cet héritage, pour remettre en cause nos comportements dans notre monde « bling-bling » actuel …avant un crash final précipité…

DVD : « Affreux, Sales et Méchants », de Ettore Scola (film : 1976 – éditions DVD vidéo) : ce qui est terrible, avec ce film tourné en 1976, c’est de se rendre compte que tout est encore d’actualité… Un des meilleurs films de cette époque, où le cinéma italien, très social, faisait partie des trois ou quatre meilleures productions mondiales… Cette chronique déjantée et cynique de la vie d’un bidonville brosse un tableau sans concessions des conséquences de l’évolution de nos sociétés dites modernes…à méditer !

Passez de bons moments en cette compagnie, bises à toutes, coucou à tous !