Chanteur et Collecteur

C’est avec joie que Jojo remonte dans ces souvenirs… « Mon grand-père a fabriqué 2 violons, un alto et un qu’il n’a jamais terminé, je les ai encore ! Quant à mon père, il était musicien routinier, chantait et jouait de l’accordéon diatonique. » C’est certainement ce qui lui a donné le goût pour la musique traditionnelle. Quand il revient de Paris pour vivre à Araules, son village d’origine, Jojo intègre un groupe folklorique, puis se met à la cabrette.

Il côtoie aussi les « Ratapenada », un groupe très actif dans le milieu trad dans les années 1980, il devient même leur technicien son et lumière avant de faire partie intégrante du groupe en tant que chanteur. Il faut dire que le chant l’intéresse beaucoup puisqu’il a participé aux collectages qui ont permis de produire les 2 « cassettes du canton d’Yssingeaux » pendant 2 mois en 1987-1988.

Avec son collègue Claude Rocher, ils ont parcouru le canton pour recueillir chants, histoires et témoignages. « Ce sont des rencontres inoubliables, où il faut arriver à gagner la confiance de ces personnages, mais une fois que c’est acquis, c’est tout leur savoir qu’ils font partager… tout ce savoir qui constitue un fond précieux : notre patrimoine culturel et musical. »

 

Marie Ève CHALENDARD