En France, depuis 1938 – date de sa création – on utilise massivement la laine de verre pour isoler nos maisons. Les nouvelles générations de laine de verre ont supprimé quelques produits nocifs de leur composition et ont fait entrer jusqu’à 85 % de matériaux recyclés dans sa production. Si on continue à l’inclure dans les constructions actuelles, c’est qu’en plus d’avoir des performances isolantes parmi les meilleures du marché, elle reste moins chère que les matériaux plus écologiques.

Comme nous préférons des produits plus agréables au toucher, les panneaux en laine de bois nous semblent un meilleur choix. Comparons. 

                               tableau comparatif fibre de verre / laine de bois                     

 

base épaisseur 100 mm                                     Fibre de verre                                                                                         Laine (fibre) de bois                                                                                                                                                                 

 

TYPES DE PRODUITS Dérivés Rouleaux, panneaux semi-rigides et rigides ou vrac selon utilisation Rouleaux, panneaux semi-rigides et rigides ou vrac selon utilisation
comportement à La vapeur d’eau  Imputrescible,Si munie d’un pare-vapeur, évite risque de condensationNon hydrophile1Perméabilité inférieure à 1 kg/m2 en 24 heures Bon régulateur hygrométriquePerspirant : idéal en rénovationUne reprise d’humidité jusqu’à 20 % de son poids sans affecter significativement ses qualités thermiques 
densitéConditionne l’inertie, le déphasage thermique, l’isolation phonique de 20 à 36 K/m3 environ 40 à 260 kg/m3 environd’où une forte inertie, bon déphasage thermique, et une excellente isolation phonique
conductivité thermique en W/m.K2 entre 0.032 et 0.044 entre 0,037 et 0,049 W/m.K
résistance thermique3 R entre 2,0 ET 3,15 m2 K/W R entre 2,5 ET 2,7 m2 K/W
protection incendie Classe A1 (incombustible)et A2 (Bonne résistance au feu si associée à un parement et à un support adapté) B2 (difficilement inflammable)
COMPOSITION Particules de verre (nécessite une fusion à 1 400o C)Du sable,Des fondantsPlus ou moins de matières issues du recyclage : verre recyclé ou calcin, rebuts de production

Des colles

Fibres de boisDivers liants (résine du bois, paraffine…), Parfois :-
des fibres de polyester ou de polyuréthane, polyoléfines, textiles,-
des traitements complémentaires – fongicides, insecticides ou ignifuges –

– du chanvre, du latex…

certification ACERMI ACERMI
prix 3 à 8 €/m2 10 à 20 €/m2 – dépend de la densité
impact environnemental pour une résistance thermique R = 1 m2.K/W dépend du conditionnement et si la laine de verre est issue de matériaux recyclésvoir l’analyse du Cycle de Vie sur www.inies.fr une nette différence en faveur des laines de bois : les panneaux de fibres de bois réclament généralement beaucoup plus  à cause du transport (préférez les circuits courts !)voir l’analyse du Cycle de Vie sur www.inies.fr
santé, confort et précautions Pas de problème de santé avérésIrritable pour la peau (irritation mécanique qui disparait après rinçage à l’eau)Se protéger pendant la pose pr un masque de protection de type P1.L’enfermer d’une façon étanche pour limiter le contact avec les poussières Pas de problème de santé avéréspas d’irritation constatées,mais quand même, ne la mangez pas… et comme tout matériau de construction il est préconisé d’utiliser un masque de protection de type 1 ( travaux de bricolage courant. De même, l’utilisation d’un couteau au lieu d’une scie mécanique, évitera l’emission de poussières.

NOTES 

1 Non hydrophile : elle ne retient pas l’eau et, en cas de mouillage accidentel, elle retrouve ses propriétés initiales après séchage.

2 Le coefficient de conductivité thermique est exprimé en lambda , W/(m.K), watts par mètre degré Kelvin. Plus le lambda est petit, plus le matériau est isolant. Le meilleur isolant est l’air sec immobile à 10° C : 0,025 W/(m.K).

3 La résistance thermique d’un isolant est directement proportionnelle à sa proportion d’air immobile, c’est-à-dire à la quantité d’air immobile contenue dans un mètre cube d’isolant. Retenons l’important qui est que l’air se doit d’être emprisonné dans la masse pour lui conférer son pouvoir isolant. Une bonne étanchéité à l’air est donc requise lors de la mise en oeuvre.