Envisager ses vieux jours avec sérénité parce qu’on a tout prévu, voici la demande des seniors. La majorité ne veut surtout pas se retrouver dans une maison de retraite à Sainte-Foy-les-Oyes ou ailleurs, dans un endroit loin de chez eux où resterait une place hypothétique et morose. Emergent alors des solutions d’habitats qui répondent aux normes d’accessibilité, avec une ergonomie qui facilite la vie des personnes âgées, des logements situés à proximité des commerces, des services et des professionnels de santé.

3 exemples en Haute Loire

A Saint-Paulien, une initiative communale plutôt gonflée ! 

Des appartements groupés pour seniors avec pôle médical et dont on ne vend que l’usufruit.

Réhabiliter une ancienne maison de retraite désaffectée démontrait déjà une volonté de répondre aux besoins d’une population vieillissante… mais Laurent Duplomb, maire de Saint Paulien, n’a pas voulu s’arrêter là. Avec son équipe, ils se sont creusé la tête pour répondre à trois problématiques. Le résultat, un bâtiment avec maison de santé au rez-de-chaussée, logements seniors à l’étage, et une acquisition facilitée par un montage financier innovant.

Problématique 1 – Faciliter l’accès aux soins dans les zones rurales   Réponse : création d’une maison de santé

Au rez de chaussé, la bâtisse rénovée accueillera des professionnels de la santé : le médecin déjà en exercice à Saint-Paulien et un autre qui vient de Roumanie. Bientôt, kinésithérapeute, infirmiers, ostéopathe, sage-femme, médecine du travail et assistantes sociales déléguées par le Conseil Général complèteront la Maison de santé.

Problématique 2 – Anticiper la demande de logement pour personnes âgées  Réponse : création de logements adaptés

L’étage de la bâtisse se divisera en 12 logements de 36 à 50 mètres carrés. Benoît Coillot, architecte à l’agence d’architecture La cité au Puy qui a planché sur le projet, souligne l’aménagement ergonomique qui facilite la vie des personnes âgées. Son associé Patrick M. Fabre explique que des surfaces plus grandes permettent aussi d’accueillir une aide à domicile. A noter les services – comme la visio-surveillance – adaptés à l’âge des occupants, et la proximité des commerces et des professionnels de santé : installés à l’étage inférieur, on ne peut pas faire plus près !

Problématique 3 – Parvenir à l’équilibre financier    Réponse :  vente uniquement de l’usufruit

La solution retenue est atypique : elle a le double avantage de proposer des logements à des prix raisonnables – vente de l’usufruit aux environs de 30 000 euros selon l’âge des occupants – tout en laissant la nue-propriété à la commune. Par exemple une personne de plus de 71 ans achètera l’usufruit (c’est à dire la jouissance du logement jusqu’à son décès) seulement 4/10 ème de sa valeur. Le prix d’acquisition va en régressant par tranche de 10 ans d’âge.

Les travaux qui auront couté 1M4 d’investissement devraient être terminés en juin 2013.

 

Résidence Paradis à Espaly 

Une bâtisse dédiée à des logements seniors indépendants avec une partie collective.

Une belle alternative à la maison de retraite, la résidence Paradis intègre des appartements en location pour seniors autonomes. Des parties conviviales communes permettent de tisser du lien avec les autres locataires. Les locataires sont indépendants, chez eux, dans leurs meubles, mais pas seuls ! et ils peuvent bénéficier de services à la carte comme petit déjeuner, portage de repas, ménage, repassage… Les investisseurs apprécieront la sécurité de ce placement immobilier solidaire et ses avantages fiscaux. On peut aussi envisager l’acquisition d’un appartement de la résidence pour le louer à ses parents.

La gestion en est assurée par l’agence COR immo au Puy : 04 71 02 50 50

 

PAS à PAS

Logement senior à Langeac

Christine Banassat-Hentzen fut directrice de maison de retraite pendant 14 ans à Lavoûte-Chilhac. On peut dire que c’est une vocation chez elle que de s’occuper des personnes âgées. Aussi quand elle rejoint BATIR, l’entreprise de maçonnerie de son mari, ( voir page …)  elle lance l’agrandissement et l’éco-rénovation d’une maison de bourg à Langeac dans le but de mettre en location un logement conçu pour les seniors : « je connais leurs difficultés et je veux penser autrement la vieillesse ». Quitter sa maison peut être ressenti comme un drame, s’éloigner de leur centre géographique aussi, (voisinages, relations, commerces…), sans compter les difficultés financières à assumer le coût d’une maison de retraite. Le logement de la SCI Pas à Pas est situé en face de l’ile d’amour, à 500 mètres du centre ville, et bénéficie d’un bel ensoleillement. Clair, spacieux, de plain-pied, l’ergonomie de cet appartement a été étudiée pour des habitants à la mobilité fragile. Doté d’un chauffage naturel à granulés, la facture de chauffage est estimée à seulement 250 euros par an. Une aubaine, à laquelle la mère de Christine, qui à réservé son appartement pour janvier 2013, n’a pas résisté.

Plusieurs artisans du réseau d’éco-construction AVEC ont travaillé sur ce projet d’éco-rénovation et éco-construction qui vise donc le label BBC. Dans ce cadre, il sera ouvert au public pendant les journées Ma Maison Ma Planète, du 18 au 21 octobre, 13 avenue Danton à Langeac.

contact : SCI Pas à Pas 06 87 04 50 45