J’aime arriver au bout d’un nouveau numéro. A chaque fois, beaucoup de travail, de questions, de rencontres, de nouveaux thèmes abordés. Il en faut du temps et de l’énergie pour faire exister STRADA , comme pour faire vivre les projets qui nous tiennent à coeur. Selon les derniers résultats d’enquête Bion_ipsos nous serions une majorité à rêver d’une journée qui comporterait 4 heures de plus. Qu’en ferions-nous ? Nous en profiterions pour nous détendre, et retrouver bien-être et sérénité.
Premier constat : on n’aura pas 4 heures de plus par jour ! Il faut trouver autre chose pour avoir la pêche et se ressourcer.
Deuxième constat : il y a des choses toutes simples qui peuvent nous changer la vie ! Dès le réveil, la symphonie des oiseaux célèbre l’arrivée du soleil et nous rappelle que le printemps est là. Rajoutez à cela la lumière douce du jour qui se lève, l’air vif de l’hiver encore proche, l’émergence des bourgeons et c’est un pur régal, une caresse des sens. La connection avec la nature est un bonheur qui n’a pas de prix, et chez nous, il est accessible à tous, même aux urbains !
Troisième constat : à STRADA on a plein d’autres trucs pour se faire du bien et on vous les fait partager !
Dans ce numéro de printemps il est question des bienfaits du silence ou comment retrouver la paix intérieure, de mieux récupérer en faisant de son lit un nid douillet, d’approcher les secrets des simples avec la primevère qui selon la légende celte fait coucou à l’amour, de trouver des solutions locales pour préserver notre cadre de vie, d’améliorer son habitat avec un dossier sur l’utilisation de la chaux, de tisser de belles relations aux autres et plein d’autres sujets qui interpellent, qui ont du sens, et qui, nous le souhaitons, vous rendent la vie plus belle.


Joëlle ANDREYS – Printemps 2011