Le cerfeuil musqué (Myrrhis odorata) ou l’anis des montagnes

Myrrhe odorante

Myrrhis odorata

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La myrrhe odorante est une grande ombellifère (famille des Apiacées) qui possède plusieurs noms vernaculaires : cerfeuil musqué, cerfeuil vivace ou perpétuel. Originaire de l’Europe du nord, elle était autrefois cultivée dans les jardins. En Haute-Loire on la trouve naturalisée, ça et là, à proximité des habitations, dans les prairies et les friches.

Le cerfeuil musqué est une plante vivace, velue, d’un vert franc et à odeur d’anis prononcé. La tige dressé, pouvant atteindre plus d’un mètre, est robuste, creuse et cannelée. Les feuilles sont grandes, molles, très finement découpées comme celles de son cousin le cerfeuil des jardins. Les fleurs blanches et petites sont regroupées sur une ombelle sans involucre*. Les fruits sont grands (30 à 50 mm) et deviennent noirs à maturité. 

Propriétés médicinales

Toute la plante est tonique, digestive, carminative** et diurétique. Elle entre dans la composition de l’élixir du suédois et sa tisane est agréable à boire. Elle sera utile en cas de digestion difficile, de ballonnements, flatulences, d’engorgement du foie et d’asthme.

En cuisine

Toutes les parties de la plante sont aromatiques et comestibles. Elles se consomment crues ou cuites, aussi bien dans des recettes salées que sucrées. La racine rappelle celle du panais. Les feuilles aromatisent les salades sauvages ou cultivées, les soupes, les gratins. Les fruits encore verts parfument les salades de fruits et les pâtisseries, ils peuvent être confits dans du sucre.

Pour ma part ce sont les tiges tendres et juteuses qui ont ma préférence. Je les utilise comme le fenouil. J’aime les passer à l’extracteur de jus. Le rendement est très bon et avec une carotte et une orange on obtient un jus délicieux.

Salade de plantes sauvages

 Recette salade de pamplemousse à la myrrhe

Pour 4 personnes : 2 pamplemousses, 1 bouquet de myrrhe odorante, 1 échalote, 1 cuillère à soupe de graines de sésame ou de graines de tournesol.

Et pour la sauce : 1 cuillère à soupe de tamari, 2 cuillères à soupe de jus de citron, 3 cuillères à soupe d’huile de sésame, poivre.

Préparez l’assaisonnement en mélangeant tous les ingrédients dans un bol. Epluchez les pamplemousses à vif et tranchez-les en fines rondelles. Lavez la myrrhe et coupez les tiges en fins tronçons. Epluchez et ciselez l’échalote. Mettez le tout dans un plat, arrosez avec la sauce et saupoudrez avec les grains de sésame.

Au jardin

Comme cette plante n’est pas abondante dans la nature, il peut être intéressant de lui trouver une place au jardin aussi bien pour son intérêt culinaire que pour son aspect ornemental. Ne prélevez pas de plant dans la nature, la myrrhe odorante n’aime pas être déplacée. Préférez la semer en été, dans un sol fertile et frais à l’ombre ou mi- ombre, elles germeront à la fin de l’hiver.

Confusion possible

La myrrhe odorante peut être confondue avec d’autres ombellifères mortellement toxiques comme la ciguë par des personnes anosmique ou débutantes en cueillette sauvage. Rappelons que la grande ciguë est glabre et fétide.

*Involucre : Ensemble de bractées disposées en couronne autour de la base d’une ombelle ou d’un capitule.   **Carminative : propre à faire expulser les gaz intestinaux.