L’étude thermique, primordiale 

L’étude thermique n’est pas une formalité, c’est une étape primordiale dans l’élaboration de votre projet constructif ou de rénovation.

En France, la moyenne de consommation des habitations se situe à 250 kWhep par m2 et pour an. Soit une étiquette énergie en E, alors que la meilleure notation est le A. Autant dire qu’en matière d’isolation et de chauffage, nous avons une bonne marge d’amélioration.

En Haute-Loire, nous comptons plus de 40 % de logements très énergivores alors que d’autres départements, méridionaux, plafonnent à 6 %.

Pourquoi une telle disparité ? Deux principales raisons : la première, le climat plus rude, avec des zones montagneuses qui allongent la durée de période de chauffage et la puissance nécessaire ; et la deuxième raison, les dates de construction. Les logements construits avant 1948 ont les pires résultats, et, même jusqu’en 2011, l’isolation des nouvelles constructions reste médiocre, avec des logements de seulement 10 ans d’âge qui peinent à dépasser l’étiquette D actuelle.

Réf. statistiques-developpement-durable.gouv.fr, résultats enquête 2020.

Faire un bilan thermique

Dans le numéro précédent de Strada, on vous proposait une méthode pour estimer l’étiquette énergie de votre logement. Avec dans l’idée qu’il est plus simple de savoir où l’on veut aller quand on sait d’où on part. Réf. Strada N53, p25.

Sylvain Mansard   06 81 11 13 26 [email protected]

Un peu trop compliqué, nous a-t-on dit. Nous avons donc demandé l’éclairage de Sylvain Mansard, du bureau d’étude thermique Eco Altiplan. «  Le résultat n’est pas le même si on se place du côté d’un audit énergétique (à réaliser avant d’engager la construction, ou des travaux) ou de l’étiquette énergétique (indication pour la location) : on ne prend pas en compte les mêmes surfaces. »

Pour être précis, nous fait-il remarquer, il faudrait prendre en compte beaucoup d’autres éléments comme la déperdition des parois, la surface des fenêtres, des menuiseries, le type de ventilation, le ratio d’étanchéité en fonction de l’année de construction, de l’altitude, de la zone climatique… Surtout, il déplore que les projets de construction ne lui soient soumis que pour répondre à l’obligation légale, ou pour optimiser le déclenchement d’aides de l’État. «  L’audit devrait intervenir en amont du projet ! », s’insurge-t-il. Pour faire aboutir une construction cohérente, il rappelle qu’un projet doit s’adapter au terrain, à l’environnement, alors que trop souvent on fait les choses à l’envers ; on commence par imaginer sa maison, on consulte un archi, puis on achète un terrain, et quand tout est décidé on commande l’étude thermique. A bon entendeur, ne faites pas cette erreur.

En commençant par interroger la meilleure intégration possible sur le terrain en fonction du soleil, des masques éventuels, de l’environnement phonique…, vous optimiserez votre confort futur, votre consommation énergétique et minimiserez vos impacts environnementaux. L’étude thermique n’est pas une formalité, c’est une étape primordiale dans l’élaboration de votre projet constructif ou de rénovation. En attendant mieux, voici 3 exemples pour situer la notation énergétique de votre habitat.

La formule thermique : kWh ep/m2/an

Le KWh ep est une unité de mesure de la consommation d’énergie primaire (ep), par l’unité de surface/an.”

C’est la surface chauffée de votre logement qui est prise en compte. Attention, les combustibles n’ont pas tous le même rendement. Prenez les kWh, litres, m3, MAP, stères, kg… mentionnés sur vos factures d’énergie, trouvez votre consommation sur une année entière, puis transformez ces kWh, litres, m3, MA… en KWh ep en appliquant les coefficients du tableau de conversion

TABLEAU DE CONVERSION DES DIFFERENTS TYPES D’ENERGIE EN kWhep

                                     Facturé                   Equivalence en énergie primaire

Electricité                   1 kWh                                                           2,58 kWhep
Bois                              1 stère                                                   1 500      kWhep

Bois granulés             1 kg                                                               4,6   kWhep
Bois déchiqueté         1 MAP* ou 300 kg                              875        kWhep
Fioul                            1 litre                                                        10        kWhep
Gaz naturel                 1 m3 ou 11 kWh                                      11        kWhep

*MAP = 1 mètre cube apparent. Ces coefficients de conversion sont des approximations. Réf. Info Energie 2014.

Au 1er juillet 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) évolue. Les seuils sont calculés en fonction de deux facteurs : l’énergie primaire (en kWh ep) mais également les émissions de gaz à effet de serre.

 

Trois exemples de conso énergétique

Ils habitent dans trois habitats fort différents et nous ont fourni leurs calculs pour avoir un indicateur de leur consommation énergétique. Sandrine, Lucas, André et Simone peuvent améliorer leur confort tout en diminuant les nuisances environnementales de leur logement.

Lucas, propriétaire d’une ancienne ferme

160 m2 habités, dont une partie louée à un ami. De son côté, Lucas chauffe 90 m2 avec un poêle à bois et utilise un chauffe-eau électrique.

12 stères / an x 1 865 kWh le stère = 22 380 kWh x coef. 0,9 = 20 142 kWh ep.  Chauffe-eau 2 500 kWh x coef. de l’électricité 2,58 = 6 450 kWh ep. TOTAL : 26 592 kWh ep / 90 m2 = 295 kWhep/an/m2

 Etiquette E – Améliorations envisagées : L‘ensemble de la maison est à étudier, d’autant plus que ce résultat médiocre est corrélé avec une température moyenne de 17°. Un audit énergétique semble indispensable. Lucas envisage de rajouter un sas vitré, qui isolera la porte d’entrée principale et apportera des calories solaires, notamment en mi-saison.

 L’appartement de Sandrine

Sandrine est locataire d’un appartement de 48 m2 au 1er étage d’un immeuble ancien du centre-ville du Puy. Son chauffage et l’eau chaude sanitaire proviennent du gaz naturel.

Ses factures sont d’environ 70 € / mois pour 10 200 kWh / an, idem en kWh ep. TOTAL 10 200 kWh ep / 48 m2 = 212 kWhep/an/m2.

 Etiquette D – Améliorations envisagées : Sandrine changera le joint de ses fenêtres. De son côté, le propriétaire a prévu d’isoler le plafond du local au-dessous. 

Simone et André, maison de lotissement des années 80

Ce sont des personnes âgées qui vivent avec 22° dans toutes les pièces de la maison, dont il sont propriétaires. Ils se chauffent au gaz naturel et ont fait installer un chauffe-eau thermodynamique couplé à la chaudière (pour 3 unités de chaleur produites, une seule unité d’électricité est consommée).

Leur consommation annuelle de gaz est de 14 000 kWh, idem en KWh ep. Leur chauffe-eau : 800 kWh / an x coef. de l’électricité 2,58 = 2 064 kWh ep / an. Total 16 064 kWh ep / an pour une surface habitée de 110 m2. 146 kWh ep / an / m2.

 Etiquette C – Résultat honorable : comment y sont-ils parvenus ? Simone et André ont régulièrement entretenu leur maison et monté en qualité à chaque fois qu’ils ont fait des travaux : l’isolation des combles en laine de verre a été remplacée par une épaisseur bien supérieure en ouate de cellulose, les fenêtres ont été remplacées, le garage isolé, la chaudière et le chauffe-eau thermodynamique ont une dizaine d’années mais présentent de bons rendements. Etape suivante ? Arrêter de chauffer une pièce qu’ils n’utilisent plus. C’est tout. Et c’est très bien.

______________________

Quelle que soit votre habitation, sa date de construction, sa structure et ses matériaux, il est possible d’améliorer son efficacité énergétique et son confort. A chaque habitat sa solution. Ne vous précipitez pas dans des travaux avant de vous être informé(e)s : Point Info Energie, ANAH, bureau d’étude thermique… Fuyez les soi-disant partenaires de l’État ou d’Engie, ou d’Enedis, ou de Tartempion, etc. qui vous démarchent par téléphone, et faites travailler les artisans locaux.

______________________