Tuf, brèche, basalte, arkose, trachyte, granite…

(Les photos s’ouvriront en grand dans une nouvelle fenêtre lorsque vous cliquerez dessus.)


Le Velay présente une diversité géologique assez particulière, mais il n’est pas besoin d’être géologue pour le constater : il suffit d’ouvrir les yeux et de regarder les constructions anciennes…
H2B_6436_nx1_CADBasalte ici, granite là, tuf ou brèche ailleurs, sans compter l’arkose et le trachyte : on dispose dans un rayon de cinquante kilomètres d’une dizaine de familles et sous familles de roches différentes, ce qui, en plus des différences de relief, donne l’impression de changer de pays tous les dix kilomètres. Comme le dit Denis Cosenza, qui a construit à la Lauzière du Lac Bleu des maquettes des principaux bâtiments de la région en utilisant à chaque fois les vraies pierres du terrain, « les anciens ont fait très beau avec ce qu’ils trouvaient sur place, et c’était écolo, en plus ! »

Le Donjon de Polignac est en tuf. Le tuf est le résultat de la rencontre du magma en fusion avec de l’eau. C’est une roche qui peut être très friable (pouzzolane) ou assez compacte pour pouvoir être utilisée dans la construction. Sa couleur va du rouge au noir. La brèche est une sous famille du tuf. On trouve du tuf au Puy et sur le plateau de Loudes, Bains, Costaros…

Pour lire la suite de l’article, cliquer sur les trois points suivants

H2B_6438_nx1_CAD

H2B_6439_nx1_CAD

Le tuf et la brèche se taillent très bien (les angles des pierres sont droits) mais elles s’usent vite ! (Voir ci-contre) Le tuf et la brèche participent à la polychromie de la façade de la cathédrale du Puy.

H2B_6378_nx1_CAD

H2B_6314_nx1_CAD

Le basalte, très présent dans les massifs du Meygal et du Mézenc, a donné la phonolite, que l’on retrouve sur les toits sous forme de lauzes plates. Mais difficile de tailler du basalte au carré, car c’est une roche très cassante. Qu’à cela ne tienne, les anciens l’ont utilisée comme elle était, soit sous forme de gros blocs ou de pierres irrégulières (ci-dessus, à droite. Remarquez les linteaux des ouvertures en trachyte) , soit sous sa forme d’orgues, comme dans le porche de l’ancienne forteresse de Chapteuil (à gauche, avec une voûte en arkose) . La couleur du basalte va du gris au noir (mais la phonolite des Balayes est dite « bleue »), même si la mousse et le soleil couchant lui donnent des couleurs orangées !

H2B_6344_nx1_CAD

L’arkose et le trachyte, comme vous venez de le voir, n’ont pas leur pareil pour orner les constructions grâce au contraste élégant qu’ils offrent avec le basalte, par exemple. Il y avait, à l’époque, des carrières partout. Aujourd’hui, elles sont rares car construire en pierre revient trop cher. Mais il existe une demande pour l’arkose et son exploitation continue encore. L’arkose fait partie de la famille du grès (c’est une roche sédimentaire) et se taille très bien. H2B_6356_nx1_CADSa couleur, qui va du blanc cassé à l’orangé, souvent « sable », est très à la mode, confie Denis Cosenza. Le trachyte, quant à lui, est d’origine volcanique, de couleur gris bleuté. C’est une excellente pierre de taille qui tient très bien la charge, d’où son utilisation fréquente en linteaux. Le suc de Monac est en trachyte. L’église de St Julien Chapteuil (ci-dessus, à gauche) est entièrement en arkose. Dans le secteur de St Julien, de nombreux bâtiments alternent basalte, arkose et trachyte. (Ci-dessus, à droite, un mur dans St Julien.)

H2B_6373_nx1_CADH2B_6358_nx1_CADLe granite, lui, était là avant tout le monde : le granite du Velay a pris sa forme actuelle il y a 300 millions d’années alors que le volcanisme a commencé chez nous a faire la fête il y a « seulement » 15 millions d’années. Le granite du Velay est géologiquement très hétérogène et offre donc de nombreuses nuances de couleurs, qui vont du gris au sable (ci-contre, une vieille ferme en granite sable vers Tence/Le Chambon). Il se taille très bien et donne de belles pierres rectangulaires d’aspect solide. On le trouve dans les secteurs de Lapte, de Tence et du Chambon (ci-contre, une solide bâtisse en granite gris dans le même secteur). N’oublions pas non plus le secteur de Saugues où le socle granitique apparaît aussi et a permis l’édification de magnifiques bâtisses.

Hubert Brunel