Champignons : cueillir sans piller ni dégrader !

Même si il est possible de ramasser des champignons au printemps et en été, c’est en automne que la cueillette est la plus pratiquée. Voici quelques règles pour que ce plaisir se fasse dans le respect de tous, champignons compris.

Avoir l’accord du propriétaire

D’après l’arrêté préfectoral de 2013 portant sur la cueillette et la commercialisation des champignons non cultivés sur le département de la Haute-Loire, toute cueillette familiale ou commerciale sans autorisation du propriétaire est interdite. Les cueillettes autorisées sont limitées à 5 kg par adulte et par jour. Pour un groupe de 4 personnes ou plus, la récolte journalière ne doit pas dépasser 15 kg.

 

Pas plus d’1,250 kilog par personne

Parmi tous les ramasseurs que j’ai croisés dans les bois et forêts, aucun n’avait l’accord du propriétaire, dans ce cas, seul un prélèvement de 5 litres (soit 1,250 kg) par personne est toléré. Sinon ? C’est l’amende de 4ème classe, 135 € ! Ça fait cher la promenade en forêt. On ne sait pas si les kilogs contrevenants sont confisqués, et qui, finalement profitera de la méga poélée de cèpes.

Sachez que si vous avez eu la main lourde, et que vous avez cueilli plus de 2,5 kg, alors vous allez ramasser : votre acte est un vol, il relève du pénal, et là ça ne fait plus rire du tout.

 

On cueille à la main ou à l’aide d’un couteau, et c’est tout.

Il n’y a pas que la quantité qui soit réglementée mais aussi les conditions de cueillette. Tout ce qui dégrade l’écosystème forestier est interdit.

On n’arrache pas la mousse, ni litière du sol ! Il est interdit d’utiliser des outils comme pioche serfouette, râteau, croc… Bref on cueille à la main ou à l’aide d’un couteau, c’est tout !

 

On marche !

L’utilisation d’engin motorisé pour la recherche ou le transport des champignons hors des voies ouvertes à la circulation est interdit sauf autorisation écrite du propriétaire.

 

Permettre aux champignons de repousser

On pense donc à avoir une attitude responsable et respectueuse. On prélève seulement les champigno

ns qu’on est certain de consommer c’est-à-dire les plus jeunes. On laisse sur place les vieux qui participeront à la reproduction de l’espèce. De toute façon ils ne sont pas consommables et peuvent même être responsables d’intoxication alimentaire. Inutile de shooter bêtement dans les champignons qu’on ne connait pas : ils pourraient faire le bonheur d’un mycologue. On prend soin de la forêt qui est un écosystème fragile et on coupe le champignon à sa base à l’aide d’un couteau pour éviter l’arrachage du mycélium. On veille à ne pas laisser de déchets derrière soi. Personnellement j’emmène avec moi un sac dans lequel je mets les objets que je trouve dans la forêt (bouteille en verre ou en plastique, mégot, cartouche…) et qui n’ont pas leur place dans les bois !

La forêt est le lieu d’habitation de nombreuses espèces alors on pense aussi à respecter la quiétude des endroits naturels que l’on traverse et on en profite pour savourer le silence et se détendre ! C’est aussi ça le bonheur de la cueillette des champignons.

 

La réglementation exacte en Haute Loire

L’arrêté préfectoral, ici.

 

Capture d’écran 2016-09-14 à 11.47.57