Plein gaz sur les chaudières : les différentes chaudières à gaz

Si vous habitez en ville, avec l’accès au gaz de ville, il existe une forte probabilité que vous soyez équipé en chaudière gaz pour chauffer l’eau de vos radiateurs, et celle destinée à l’usage sanitaire. Si vous êtes avisé et discipliné, vous faites forcément appel à un professionnel qui vient vérifier son bon fonctionnement et ajuste les réglages une fois par an. Pour autant, il y a un moment où il faudra changer d’équipement. Quels sont les types de chaudières sur le marché ?

Avantages et inconvénients, gaz sur les chaudières, le coeur du chauffage de votre habitation.

 

La chaudière standard

Un fonctionnement simple avec un brûleur pour la combustion et un échangeur, les serpentins qui chauffent l’eau. Le conduit d’évacuation des fumées se trouve en sortie haute , son diamètre est de 125 mm.

Pour alimenter la combustion de ce type de chaudière, on vide la pièce de son air à raison de 10 volumes d’air pour un volume de gaz, d’où l’importance de l’amenée d’air, souvent critiquée car elle refroidit la pièce. Certains seraient tentés de boucher les arrivées d’air froid dans la pièce, elles sont pourtant primordiales pour le bon fonctionnement de l’appareil et ce qui en découle : la sécurité des habitants.

 

conduit-60-100-pptl-pvc-rolux-longueur-250-mm-P-387488-1605855_1La chaudière à ventouse

Même mécanisme mais avec un conduit d’évacuation des fumées qui héberge aussi l’amenée d’air. Les entrées et sorties d’air se croisent donc à l’intérieur d’un même conduit, qui peut être vertical ou horizontal pour que le système de circulation d’air soit étanche. L’air est pris à l’extérieur de l’habitation et le fonctionnement de la chaudière ne nécessite pas de ventilation supplémentaire. A noter que si il advenait un défaut d’étanchéité de fumée, le double conduit assurerait une protection supplémentaire.

NB Les ventouses ont été associées aux chaudières dites à basse température, interdites depuis septembre 2015. Pas d’inquiétudes si vous en êtes équipé ! Mais lorsque vous la remplacerez vous changerez de modèle pour une chaudière à condensation.

 

 

shema

 

La chaudière à condensation ( et à ventouse)

A chaque fois qu’on a une transformation, on a une création d’énergie : dans le cas du méthane, lorsqu’il est combiné à de l’oxygène, il donne du gaz carbonique et de la vapeur d’eau. A une température inférieure à 55 °, cette vapeur d’eau condense. Cette chaudière récupère la vapeur d’eau contenue dans les fumées d’échappement et tire profit de chaleur dégagée par sa condensation pour préchauffer l’eau avant qu’elle ne reparte dans le circuit.

Les fumées de combustion et l’amenée d’air transite par le conduit double dit «  à ventouse ».

Il faut prévoir un système d’évacuation et des eaux issues de la condensation qu’on reliera au circuit des eaux usées de l’habitation.

Là aussi on ne se passera pas des services d’un professionnel pour le réglage annuel de la chaudière : une chaudière à condensation mal réglée n’apporte pratiquement rien par rapport à une chaudière standard.

Dans certains bâtiments, notamment les immeubles qui ont des cheminées collectives on ne peut pas installer de chaudières à condensation, les chaudières basse température n’étant plus fabriquées, il faudra se contenter d’une chaudière standard quand même plus performante que celles des années 80.

chaudiere_a_condensation_fonctionnement_explication-main-1848387

 

La chaudière HPE

La Haute Performance Energétique signe une chaudière à condensation mais avec un circulateur à vitesse variable pour encore plus de finesse dans la non dépense de calories.

A chaque fois qu’on ajoute de la complexité, on augmente aussi les risques de panne. Il est encore un peut tôt pour être sur de la fiabilité de ces dernières générations.

 

Les prix des chaudières à gaz

Généralement, l’achat d’une chaudière à gaz standard avec la pose coute moins de 2000 € alors qu’une chaudière à condensation pose incluse commence à 3000 €. Ce surcoût est compensé par un crédit d’impôt de 30 % sur la valeur de la chaudière, et par les économies à venir. Les constructeurs annoncent 80 % d’économie d’énergie mais c’est un peu comme pour les consommations et rejet de C02 des voitures, les chiffres sont données en fonctionnement usine, en conditions optimales. L’ADEME avance 30% d’ économie énergétique en passant de la vieille génération à la nouvelle génération d’appareils.